Digestion difficile chronique : Dyspepsies hypersthéniques, hyposthéniques

 

Digestion difficile chronique – quelle qu’en soit la cause – se manifestant par un ensemble de symptômes très variés (douleurs, brûlures, gêne épigastrique, etc.).

Une mauvaise digestion régulière peut être en relation avec de multiples causes. Comme toujours, une consultation médicale approfondie s’impose afin d’éliminer une éventuelle maladie organique plus grave (ulcère, cancer, etc.) et de poser un diagnostic précis de sa forme afin de pouvoir la traiter efficacement.

Le terme de dyspepsie recouvrant un champ extrêmement large de troubles et pathologies, nous les classerons très schématiquement ici en deux grands types :

– Les dyspepsies hypersthéniques hyperchlorhydriques caractérisées par des digestions pénibles avec des douleurs plutôt tardives tantôt à type de crampes, tantôt à type de brûlures ou de renvois aigres et acides. Elles apparaissent surtout après absorption de sauces, de fritures, d’aliments épicés, de vin, etc.

– Les dyspepsies hyposthéniques caractérisées par des digestions lentes et embarrassées. Il s’agit davantage de malaises plutôt que de douleurs véritables – mais plus continus et plus durables que les douleurs des dyspepsies hypersthéniques – qui surviennent immédiatement après, accompagnées de migraines et une tendance diarrhéique. Enfin, elles sont souvent associées à une ptose gastrique décelée par des radiographies.

 

Traitement des dyspepsies hypertoniques

Traitements par voie internes

Prenez, au moment des douleurs et les deux jours qui suivent, ainsi qu’ensuite en cures alternées  de 15 jours chacune : 

  • De la poudre d’argile – uniquement si celle-ci n’est pas déjà prescrite par votre médecin sous forme d’une spécialité pharmaceutique (le plus souvent: Bedelix – Gastropulgite – Kaomuth – Smecta) – à raison d’une cuillerée à soupe rase d’argile blanche (kaolinite) dans un demi-verre d’eau à boire avant chaque repas matin, midi et soir.
  • De la poudre totale de lithothamne (Lithothamnium calcareum) en gélules à raison de 2 g répartis en trois prises (matin, midi et soir) à avaler avec un peu d’eau avant les repas.

Vous pouvez également, soit en complément de ces thérapeutiques, soit préventivement, faire appel à une vieille recette ancestrale – très utilisée au Moyen-Orient pour calmer les aigreurs et brûlures d’estomac – qui consiste à grignoter une dizaine d’amandes douces réparties tout au long de la journée. L’huile de ces amandes se dépose en une fine pellicule sur les parois de l’estomac formant ainsi un « tampon » naturel avec l’acide chlorhydrique

Traitements par voie externe

Observez

Au moment des douleurs : diète hydrique d’une journée, et les deux jours suivants (après sédation) : ingestion d’aliments à digestion rapide (lait écrémé, bouillie, purée, compote, biscotte, etc.) sans aucune boisson alcoolisée (y compris le vin) ni tabac.

En règle générale :

  • Prenez vos repas à heures fixes, et arrangez-vous pour qu’ils soient des moments de détente et de plaisir. Un moment de repos en position allongée après chaque repas (qui peut être une petite sieste de 10 à 20 minutes, mais pas plus) est toujours une mesure recommandable. Vous pouvez aussi – si vous en avez la possibilité – diminuer votre ration alimentaire du repas de midi et prendre une petite collation de compensation en milieu d’après-midi : ces deux repas légers se digéreront mieux et plus facilement.
  • Mangez lentement, en mastiquant soigneusement (ne manquez pas de procéder – si cela s’avérait nécessaire – aux soins dentaires qui s’imposent pour pouvoir le faire) et seulement à votre faim.
  • Absorbez les aliments chauds ou froids, mais jamais brûlants ou glacés et de préférence cuits.
  • Évitez la prise de repas trop riches et trop copieux. Ne pas trop manger reste une règle d’or en la matière avec un régime alimentaire sain, varié et équilibré, en évitant – et encore mieux en supprimant -les graisses, les fritures sous toutes leurs formes, les sauces, les charcuteries, les viandes trop cuites ou crues, les aliments gras en général (notamment certaines conserves fréquemment utilisées comme le thon et les sardines à l’huile en boites), l’ail, l’oignon, le poivre, la moutarde, les épices et condiments, la sauce tomate et le ketchup ou autres sauces en conserves, le vinaigre (que vous remplacerez par du jus de citron frais), les choux-fleurs, les choux (sauf sous forme de choucroute), les poivrons, les crudités en général (fruits acides en particulier), les champignons, les crustacés, les fromages gras (camembert, roquefort, etc.) les patisseries lourdes, le chocolat, ainsi que tous les plats difficiles à digérer, tout en respectant évidemment – en plus – vos propres intolérances personnelles et en salant au minimum.
  • Vous pouvez, par contre, prendre sans aucun problème : des potages aux légumes, des bouillons dégraissés, des viandes de boucherie ou de volaille rôties ou grillées, du gibier frais, le maigre de jambon, des poissons maigres, des œufs frais (à la coque, en omelette ou brouillés), du riz, de la semoule, des pommes de terre en purée ou en robe des champs, des pâtes, des légumes verts bien cuits, des fromages frais, des yoghourts, des fruits non acides (l’ananas au dessert si vous le supportez bien) et un peu de beurre frais.
  • Supprimez le pain blanc frais (l’une des grandes catastrophes diététiques des cinquante dernières années) pour le remplacer par des biscottes ou du pain grillé.
  • Buvez de l’eau (toujours plate et jamais glacée) plutôt entre les repas et abstenez-vous d’alcool en général (si vous buvez du vin, coupez le avec de l’eau) et des alcools forts en particulier.
  • Evitez les petits stimulants (café, vitamine C, etc.) avant les repas ou à jeun, sachant que de suite après les repas ils ne posent généralement aucun problème.
  • Enfin, si vous êtes fumeur, fumez le moins possible et, de toute façon là aussi, jamais à jeun.

 

Traitement des dyspepsies hyposténiques

Traitements par voie internes

Prenez, au moment des malaises digestifs et les deux jours qui suivent, ainsi qu’ensuite en cures alternées de 15 jours par mois chacune :

  • De la poudre totale de papaye en gélules à raison de 1,5 g réparti en trois prises (matin, midi et soir) à avaler avec un peu d’eau un quart d’heure avant les repas.
  • Une infusion de menthe poivrée (faire infuser 5 g de feuilles et sommités fleuries séchées dans la valeur d’une grande tasse d’eau bouillante et filtrer) après les repas de midi et du soir.

 

Traitements par voies externes

Là aussi un certain nombre de mesures générales d’ordre alimentaire s’imposent de façon permanente pour écourter l’état de malaise et en prévenir d’autres, la plupart étant d’ailleurs les mêmes que pour les dyspepsies hypersthéniques, à savoir les mêmes traitements par voies externes que pour les dyspepsies hyperteniques.

  • Il arrive que ce type de dyspepsie provoque une certaine fétidité de l’haleine d’origine stomacale. Si c’est votre cas, nous vous recommandons de prendre une infusion d’absinthe (15 g de feuilles et sommités fleuries séchées à laisser infuser 10 minutes dans un litre d’eau bouillante avant de filtrer) à raison d’une tasse après chaque repas.

Si voulez retrouver le confort d’une bonne digestion, il vous suffit seulement de suivre ces quelques recommandations et ces traitements tout simples mais très efficaces.

Boukhris Najla

Psychologue et consultante en webmarketing.

Laisser un commentaire