You are here
Accueil > Maladies > Endocrinologie > Classification des diabètes sucrés

Classification des diabètes sucrés

Les diabètes sucrés ont en commun une hyperglycémie chronique plus ou moins marquée Il est possible de voir se développer après une ou plusieurs décennies des lésions spécifiques de la rétine et des glomérules rénaux.

Pour le praticien la classification thérapeutique est la plus utilisée :

1- Diabétiques qui en l’absence d’insulinothérapie décéderont en quelques heures à quelques semaines, rentrent dans la catégorie : le diabète insulino- dépendant (DID),

2 – Diabétiques qui peuvent vivre plusieurs décennies sans insulinothérapie, ils entrent dans la catégorie : diabète non insulino-dépendant (DNID),

3- Diabétiques pour lesquels l’insulinothérapie n’est pas vitale à court terme, mais chez lesquels la mise à l’insuline est légitime dans certains contextes :

Grossesse,
– Complication dégénérative évolutive,
– Échec du traitement anti-diabétique oral et diététique maximum,
– Sujets en hyperglycémie chronique majeure menaçante (risque d’hyperosmolarité) ou de complication dégénérative à long terme (micro/macro-angiopathie , neuropathie),
– Sujets fortement hyperglycémiques asthéniques qui seront très améliorés sur le plan symptomatique par l’insuline,
– Sujets enfin chez lesquels on souhaite réduire l’hyperglycémie afin de conserver une insulino-sécrétion résiduelle durable.
Cette troisième catégorie que l’on peut qualifier de diabétiques insulino-traités, insulino-nécessitants ou encore insulino-requérants, pose le problème au moins théorique d’une classification dans l’un ou l’autre des groupes DID ou DNID.On considère aujourd’hui deux grandes catégories de diabètes primitifs :
– Les diabètes insulino-dépendants (DID)
– Les non insulino-dépendants (DNID).

Parmi les diabétiques insulino-dépendants (DID) , ceux pour lesquels :

– Cette affection s’est révélée :
. Avant l’âge de 25 ans, voire avant 40 ans,
. D’une manière souvent tapageuse ( perte de poids et signes d’ hyperglycémie) signant la carence
insulinique profonde,
– Il existe des anticorps anti-cellule ß des îlots de Langerhans ,
– On trouve l’un des typages HLA caractéristiques, sont dénommés diabétiques Type 1.

Boukhris Najla
Psychologue et consultante en webmarketing.

Laisser un commentaire

Top
error: Content is protected !!