You are here
Accueil > Bien être > Comment prévenir le déclin de la mémoire

Comment prévenir le déclin de la mémoire



Il est important de préserver notre mémoire, d’entretenir cette fonction essentielle de notre cerveau.

La mémoire, nous la sollicitons en permanence. Certains désordres pourraient être grandement améliorés par un rééquilibrage alimentaire, un bon sommeil… et rester actif intellectuellement.

Un des phénomènes que l’on observe au fur et à mesure du vieillissement c’est que le cerveau ne reçoit plus en quantités suffisantes toutes les substances nutritives et l’oxygène nécessaires à son bon fonctionnement.

Résultat, des défaillances de la mémoire apparaissent, plus ou moins gênantes, qui peuvent s’aggraver inexorablement avec le temps.

L’un des premiers signes du vieillissement du cerveau est la baisse de mémoire, un phénomène très courant, le plus souvent le résultat de stress, de surmenage…

On oublie le code de notre carte de crédit, on  oublie ce que l’on voulait dire. On va quelque part pour chercher quelque chose et on oublie en route ce que c’était… Où sont nos lunettes ? Où est garée la voiture? Perdre la mémoire, c’est un peu comme perdre la vie.

Parmi les graisses dont le cerveau a besoin, la phosphatidylsérine est en tête, un phospholipide indispensable qui fait partie des membranes cellulaires des neurones et leur permet de conserver leur fluidité, leur plasticité.

Phosphatidylsérine, le nutriment du cerveau

La phosphatidylsérine appartient à la famille des phospholipides. Elle permet de donner du punch à notre cerveau.

Son action s’exerce uniquement sur le cerveau. Elle contribue à la transmission des messages d’une cellule nerveuse à une autre par l’intermédiaire des  synapses.

Le corps humain peut en produire assez lorsqu’il  est jeune et peu intoxiqué. Le processus biochimique à l’origine de la  phosphatidylsérine exige de l’énergie.

Tant que nos cellules génèrent suffisamment d’énergie pour alimenter ce processus convenablement, il n’y a pas de problèmes. Mais dès l’instant où cette production est ralentie par l’âge, par la présence de toxines ou de dégâts dus aux toxines, sa production est compromise.

Les études réalisées à son sujet démontrent une amélioration importante de l’activité cérébrale.

Elle contribue à dynamiser le cerveau, à améliorer l’humeur, l’attention, la participation, la qualité du sommeil.

Une prise régulière peut diminuer la production de cortisol, l’hormone du stress, qu’il soit physique ou émotionnel.

Le Conseil pour prévenir le déclin de la mémoire :

La prévention du déclin de la mémoire, passe en priorité par l’assiette bien-être du cerveau: Omega 3, zinc, magnésium, vitamines du groupe B (B9, B12…), antioxydants… essentielle pour l’équilibre cérébral.

On vous conseille deux compléments nutritionnels pour assurer aux cellules cérébrales une bonne vitalité et booster l’effet d’une assiette équilibrée.

CERVOMEGA,  un complément nutritionnel du  Laboratoire Lescuyer à base de phosphatidylsérine: garanti sans colorant, sans conservateur, sans gluten et sans OGM. Il intègre deux actifs exclusifs issus de la recherche la plus récente en biotechnologie marine.

ULTRA MEMO un complément nutritionnel (ampoule buvable) du laboratoire Santarome qui associe des extraits concentrés de plantes reconnues pour leurs vertus circulatoires et stimulantes (ginkgo biloba, ginseng, acérola, noisetier…) et des actifs spécifiques de la mémoire et de la vigilance (phosphatidylsérine…)

 

Patricia Pacaut :Docteur en pharmacie

Boukhris Najla

Psychologue et consultante en webmarketing.

Laisser un commentaire

Top
error: Content is protected !!