Ophtalmologie

Quelle correction pour quel problème de vue ?

Presbytie, astigmatisme ou myopie, ce sont des problèmes de vue que chacun de nous peut rencontrer au cours de sa vie. Une maladie oculaire comme le glaucome est aussi relativement fréquente. Jusqu’à présent, le port de verres correcteurs est la solution préconisée pour traiter ces troubles de vision. Cependant, quelle correction est adaptée à chaque problème de vue ? Découvrez les types de verres correctifs recommandés.

Quels verres de correction choisir pour l’astigmatisme ?

L’astigmatisme est un problème de vue qui entraine une vision trouble. La solution la plus utilisée pour corriger ce phénomène est le port de lunettes. Si vous êtes atteint d’astigmatisme, vous devez en effet porter des verres correcteurs spécifiques appelés « toriques ». Ces verres ont pour rôle de replacer correctement l’image de la rétine. Ce qui vous permet d’avoir une vision nette et précise. Dans la correction de l’astigmatisme, il est aussi question d’axe. Votre ophtalmologiste doit de ce fait définir l’orientation de votre astigmatisme. Cet axe devra être respecté lors de la fabrication de vos verres et du montage de vos lunettes.

La règle est simple : plus votre degré d’astigmatisme est élevé, plus vos verres seront épais. Pour plus de confort et d’esthétique, vous pouvez toutefois demander conseil à un opticien-lunetier. Des verres ultratechnologiques et des montures légères sont d’ailleurs disponibles pour vous permettre d’être à l’aise avec vos lunettes. Vous pouvez aller sur Lindice-opticien.fr pour obtenir des informations sur les montures et les verres disponibles chez les opticiens. Vous pouvez par exemple opter pour des verres amincis. Ils sont plus légers et plus agréables à porter. Toutefois, ils possèdent les mêmes caractéristiques que les verres toriques classiques.

A lire aussi  Motricité oculaires : Problèmes visuels & symptômes sensoriels

Dans le cas d’astigmatisme, l’avis d’un opticien est plus que nécessaire. Le fait est que même la forme de vos lunettes peut influer sur votre correction optique. Par exemple, les spécialistes déconseillent souvent les montures arrondies aux astigmates.

Quelles lunettes porter avec un glaucome ?

Le glaucome peut se définir comme une maladie oculaire entrainant des lésions de la rétine et du nerf optique. C’est une maladie oculaire grave, car elle peut évoluer rapidement vers la cécité. Le glaucome se manifeste sous deux formes : le glaucome chronique et le glaucome aigu.

Le glaucome chronique est la forme la plus fréquente. Il est souvent asymptomatique. Le nerf optique dégénère progressivement à cause d’une pression oculaire élevée. Cette dégénérescence ne se manifeste pas par des signes extérieurs. Cependant, à la longue, des douleurs et une baisse de champ visuel peuvent se produire. Dans le cas d’un glaucome aigu, on constate l’apparition d’une rougeur et de douleurs oculaires. Le glaucome peut être soigné par des médicaments ou par ultrasons. L’objectif étant de réduire la pression oculaire.

Dans tous les cas, le port de lunettes de soleil vous permettra de gérer efficacement cette maladie oculaire. En effet, en cas de glaucome, les lésions au niveau de la rétine entrainent souvent des difficultés à s’adapter à la lumière. Ainsi, le port de lunettes de soleil devient une nécessité quand on est à l’extérieur. Cela vous permet d’avoir une meilleure vision. Bien évidemment, il faudra choisir rigoureusement vos protections solaires.

A lire aussi  7 causes de la sécheresse oculaire

La catégorie des verres solaires est le premier critère à considérer. Si vous souffrez de glaucome, préférez les lunettes de soleil de catégorie 3 ou 4. Sachez que les verres solaires sont classés de 0 à 4 en fonction de la lumière qu’ils filtrent. Les verres de soleil de catégorie 4 offrent donc la plus haute protection. Les verres polarisants conviennent aussi très bien aux personnes atteintes de glaucome. Ils réduisent l’éblouissement occasionné par la lumière.

Comment corriger la presbytie ?

La presbytie se traduit par la diminution de l’amplitude d’accommodation pour la vision de près. C’est un problème de vision très fréquent. Il ne s’agit cependant pas d’une maladie oculaire, mais plutôt d’un processus de vieillissement de l’œil.

La presbytie se manifeste souvent à partir de la quarantaine. Les symptômes les plus fréquents sont les suivants :

  • une vision de près qui devient floue,
  • des difficultés à lire et à déchiffrer les petits caractères,
  • une fatigue des yeux,
  • des maux de tête.

La plupart du temps, la presbytie empire à partir de la cinquantaine et la vision à quelques mètres devient aussi floue. Le port de verres correcteurs est de ce fait la solution la plus préconisée. Les verres ont en effet pour rôle de rétablir une bonne vision de près tout en respectant la vision de loin.

A lire aussi  Tout savoir sur les différents troubles de la vision

On utilise généralement 3 types de verres pour corriger la presbytie :

  • les verres unifocaux,
  • les verres bifocaux,
  • les verres progressifs,

Les verres unifocaux sont destinés aux jeunes presbytes qui n’ont pas encore de problème de vision de loin. On les appelle unifocaux, car vous voyez de près sur toute la surface des verres. Ces verres sont considérés comme des lunettes occasionnelles. Vous les portez pour lire ou pour coudre, et non en permanence.

Les verres bifocaux sont des verres à double foyer. La partie inférieure est formée par du verre de près et la partie supérieure par du verre de loin. Ils sont adaptés aux personnes qui ont à la fois des troubles de vision de loin et de près. Les verres bifocaux sont assez difficiles à porter, car la vision est segmentée.

Quant aux verres progressifs, ils ressemblent aux verres bifocaux à un détail près : la vision n’est pas segmentée. La variation de la puissance optique des deux parties se fait progressivement. C’est pourquoi ce type de verre correcteur est plus confortable à porter que les verres bifocaux.

Comment here