You are here
Accueil > Maladies > Pédiatrie > Pied bot : types de déformations et traitements

Pied bot : types de déformations et traitements

Le pied-bot est une déformation congénitale qui affecte l’un ou les deux pieds du bébé. Voici les 3 catégories principales des pieds bots : pied bot varus dit également équin, pied bot valgus, pied bot talus.

Quelles sont les causes du pied bot ?

Ce type de malformation des membres inférieurs vient dans la plupart des cas d’une mauvaise position du foetus au cours de la grossesse lorsque le pied se retrouve coincé dans le ventre de la mère mais elle peut également avoir une cause génétique et tissulaire dans les cas les plus rares.

Quels sont les traitements à envisager pour corriger un pied bot ?

Les traitements proposés par la médecine sont très encourageants dès lors qu’ils sont effectués immédiatement à la naissance du nouveau-né. Plusieurs types de traitements sont alors réalisés : les traitements fonctionnels qui consistent en des séances de kinésithérapie dans les cas légers et la mise en immobilité du pied bot avec un plâtre et des attelles comme dans la méthode du docteur Ponseti qui permet dans 97% des cas d’éviter une chirurgie plus lourde pour l’enfant. Si le traitement ne fonctionne pas, le docteur sera partant pour la chirurgie orthopédique, plus délicate, mais donnant d’avantage de chances à l’enfant d’avoir une marche normale par la suite sans qu’aucune séquelle ne soit visible.

Le pied bot talus

Les déformations du pied peuvent être impressionnantes, c’est le cas du pied bot talus.

Il est généralement observé au deuxième trimestre de la grossesse puisque cette pathologie survient à la naissance. Des statistiques ont montré que le pied bot concerne environ 1 bébé sur 800.

Le pied talus est l’une des quatre déformations observées sur l’un des pieds du nourrisson. Dans ce cas, l’enfant possède une flexion assez importante vers le pied engendrant des problèmes pour la marche.

 

D’autres formes ont la possibilité de se coupler avec cette pathologie. Le pied talus peut donc être valgus lorsque la plante est dirigée vers l’extérieur, à l’inverse il est considéré comme varus.

Le pied bot est dit talus car c’est un os présent au niveau de l’articulation du pied qui subit cette déformation. Dans ce type de pathologie, il est en dehors de la mortaise tibio-péronière. Le col du talus subit également une modification puisqu’il est légèrement en dedans.

Il existe tout de même une rééducation consistant à réduire cette déformation en utilisant une solution orthopédique. Un chirurgien place une succession de plusieurs plâtres dans le but de ramener le talus dans une position dite « normale ».

Un kinésithérapeute peut également proposer différentes manipulations.

Dans tous les cas, le traitement est long puisqu’il faut compter entre six et huit semaines pour obtenir un résultat. Ce dernier devra être maintenu grâce à la pose d’une attelle pendant trois mois.

Une récidive est toujours possible, le patient devra donc porter des chaussures adaptées ou une attelle dans le but de limiter les risques de la réapparition du pied talus

Pied bot valgus

Qu’est-ce que le pied bot valgus ?

Le pied bot valgus est une anomalie dans laquelle le pied est dévié de telle sorte que la plante regarde vers l’extérieur et que le pied se pose au sol par son bord intérieur. Cette déformation est soit congénitale, soit acquise.

Lorsque le pied bot valgus est présent à la naissance, il est le plus souvent lié à une mauvaise position du foetus dans le ventre de la mère ; mais il peut aussi être d’origine génétique.

Lorsqu’il s’agit d’un pied bot secondaire ou acquis plus tardivement, on le rencontre souvent associé à une maladie neurologique ou tissulaire. Une forme atténuée de cette malformation est constituée par le pied plat valgus, pathologie orthopédique dans laquelle la voûte plantaire est affaissée, souvent par manque de tonicité musculaire.Plus le traitement est précoce, plus il a de chances d’être efficace. Pour une anomalie diagnostiquée à la naissance, la prise en charge doit débuter dès les premières semaines de l’enfant.

Selon les choix de l’équipe médicale, deux types de traitements sont envisageables :

– la kinésithérapie

– l’orthopédie par contention

Le traitement orthopédique fait appel à la contention dans des plâtres et des systèmes d’attelles. Il s’agit grâce à ces dispositifs de repositionner correctement le pied.

 

Le traitement kinésithérapique soumet le pied à des manipulations et des stimulations destinées à redresser le pied dévié.

Les deux méthodes peuvent aussi être combinées.

Une opération n’est la plupart du temps pas nécessaire, sauf en cas d’échec des mesures évoquées ci-dessus, mais il faut surveiller l’évolution du pied pendant la période de croissance de l’enfant.

Le pied bot varus équin congénital

Le pied bot varus équin congénital est une torsion du pied vers l’intérieur touchant les os, les muscles et les articulations.

Cette pathologie peut être détectée dès le sixième mois de grossesse et se soigne bien si l’on débute le traitement dès la naissance. C’est de cette prise en charge rapide dont dépendra l’intégrité des hanches du patient.

Les origines de cette pathologie ne sont pas héréditaires, il s’agit d’un problème mécanique pour lequel il n’y a pas de prévention possible. En effet les muscles permettant de tourner le pied vers l’intérieur se rétractent et verrouillent ainsi le pied. Les muscles antagonistes permettant de faire tourner le pied vers l’extérieur seront eux fortement sollicités, ils seront donc trop étirés et inefficaces pour rétablir l’équilibre du pied. Le pied se fixera donc dans cette position.

Le traitement permettra de réduire la malformation mais pas de la faire disparaître : l’os pourra être remis en place mais les muscles du métatarse, qui ne se seront pas développés correctement dans l’utérus rabattront directement le pied vers l’intérieur.

Des séances régulières de kinésithérapie sont nécessaires afin de permettre à l’enfant de réaliser de nouveau le mouvement vers l’extérieur (manipulation du pied pour réaligner les petits os entre eux et étirer les muscles internes, stimuler les muscles antagonistes).

Un travail de rééducation régulier, à domicile de la part des parents peut également être recommandé par le kinésithérapeute afin d’accélérer le processus de redressement du pied.

Traitement du pied bot

Le traitement pour le pied bot varus équin suit les mêmes étapes à chaque fois :

– La réduction de la déformation pendant huit semaines tout au plus, dès les premiers jours de vie de l’enfant.

– La consolidation du résultat obtenu pendant trois, voir quatre mois.

– Une éventuelle récidive à éviter tout au long de l’enfance.

Diverses techniques sont utilisées afin de lutter contre ces déformations. Cela dépend de l’expérience de l’équipe thérapeutique.

Dès la naissance, l’enfant qui souffre du pied bot varus équin doit immédiatement être manipulé par un chirurgien orthopédique mais le plus souvent, ces manipulations ne fonctionnent pas.

Il est donc recommandé que le traitement soit associé à un redressement orthopédique progressif sous forme d’attelles (types Denis Browne). C’est une attelle transversale fixée aux chaussures de l’enfant. Ainsi, quand il bouge ses pieds, ils se placent dans la position de l’ange, maintenue par un vis de réglage. L’enfant peut alors bouger ses pieds comme il le veut, car il seront toujours corrigés.

Une opération du pied n’est pas exclue, le plus souvent faite sur les enfants dès le 2éme ou le 3éme mois de vie, si les parents consentent à cette méthode.

Souvent nécessaire, la chirurgie du pied permet d’allonger le talon d’Achille, afin que l’enfant puisse marcher sur sa plante des pieds, et non sur les talons, ou l’extrémité interne ou externe. La chirurgie des pieds effectuée, un traitement s’impose à l’enfant pour que ses pieds se redressent définitivement. Un plâtre est alors posé, puis des semelles orthopédiques doivent assurer le redressement final.

Le traitement doit être administré très tôt pour que l’enfant n’est aucun séquelle plus tard dans sa vie d’enfant, d’adolescent, puis d’adulte. La chirurgie orthopédique peut redresser définitivement le pied de l’enfant si l’opération est faite dés sa naissance, et si l’enfant est suivi pendant plusieurs années après le traitement

Ainsi, l’enfant pourra marcher de manière tout à fait normale tout au long de sa vie, comme s’il n’avait jamais rien eu.

La méthode du Dr Ponseti

La méthode du Dr Ponseti consiste à corriger la déformation du pied bot varus équin en réalisant des plâtres selon un protocole bien précis. Chaque plâtre va s’étendre de la racine de la cuisse du bébé jusqu’à ses orteils.

La séance de pose du plâtre commence toujours par une évaluation de l’intensité de la malformation du pied-bot. Cette évaluation s’effectue en attribuant une note de 1 (pour un pied-bot très peu caractérisé) à 20 (pour une pathologie très sévère). Ensuite, le plâtre est posé en profitant si possible du moment de la tétée.

Le jour de la naissance du bébé, le médecin pose le premier plâtre qui est laissé en place pendant une semaine. Ensuite, le médecin posera le second, le troisième, le quatrième et le cinquième plâtre qui seront laissés en place une semaine chacun. Il faudra vérifier si votre bébé tolère bien le plâtre.

Lorsque l’enfant atteint l’âge de cinq semaines, on procède à une opération chirurgicale sous anesthésie générale ou locale. Cette opération consiste à faire une section du tendon d’Achille. Ensuite on pose le sixième plâtre qui sera laissé en place pendant 10 jours. À la fin de cette période de 10 jours, le médecin va poser le septième plâtre qui sera lui aussi laissé en place pendant 10 jours. Lors de la consultation pendant laquelle le septième plâtre est posé, le médecin prend des empreintes pour que les bottillons en cuir qui seront proposés après le retrait du plâtre puissent être confectionnés. Enfin, lors du retrait du septième plâtre qui a lieu lorsque votre enfant atteint l’âge de deux mois, le médecin lui met les bottillons en cuir et une attelle de Denis-Browne.

Pendant toute cette période, vous verrez l’aspect des pieds de votre enfant s’améliorer progressivement. Les attelles et les bottillons sont placés en vue de consolider les résultats obtenus.
Il faudra les laisser en place pendant 22 heures par jour pendant six mois et pendant 20 heures après cette période. Ensuite, la durée pendant laquelle l’enfant les portera sera réduite progressivement. Sachez que ces attelles n’empêcheront pas votre enfant d’apprendre à marcher.

La méthode du Docteur Ponseti, si elle est bien appliquée, permet un taux de réussite de l’ordre de 97% sans intervention chirurgicale lourde comparée à d’autres méthodes.

Boukhris Najla
Psychologue et consultante en webmarketing.

Laisser un commentaire

Top