Psychologie

Les thérapies par exposition à la réalité virtuelle

Les thérapies par exposition à la réalité virtuelle 1

Les thérapies par exposition à la réalité virtuelle 2

Les réalités virtuelles (VR) permettent une interaction avec un environnement en temps réel tridimensionnel généré par ordinateur ( 1 ). Alors que la RV simule des expériences réelles et peut ainsi susciter de réelles craintes, il y a plus de dix ans, les premières tentatives ont été faites pour utiliser la RV comme complément à la thérapie d’exposition conventionnelle pour les troubles anxieux. En thérapie d’exposition conventionnelle, cette confrontation a lieu soit en réalité (exposition dite in vivo), soit par la simple présentation d’une telle situation (exposition au sensu). L’application de la réalité virtuelle représente donc un compromis entre l’expérience et l’idée de stimuli induisant l’anxiété.

L’immersion perçue (« expérience de présence ») dans le système virtuel est principalement produite par les stimuli visuels et acoustiques, mais également tactiles du VR. Divers dispositifs, tels que des lunettes et des gants 3D, ou des systèmes de reconnaissance vocale, permettent également la communication avec l’environnement généré par ordinateur à l’aide de gestes, expressions faciales, postures et paroles. Le système virtuel peut ainsi réagir de manière flexible à l’utilisateur et favorise ainsi la perception de l’environnement virtuel comme réel.

Diverses applications

Au cours des 20 dernières années, un domaine de recherche s’est développé sur les utilisations de la réalité virtuelle dans les sciences humaines. En médecine, les possibilités d’utilisation dans les domaines spécialisés se sont largement répandues et vont bien au-delà des premiers domaines d’application en chirurgie. Par exemple, les réalités virtuelles sont utilisées avec succès dans les formations anatomiques, les diagnostics fonctionnels et avant et pendant les interventions chirurgicales de réduction de la douleur et de l’anxiété. Il en va de même pour les simulations du système musculo-squelettique lors du diagnostic et de la formation, par exemple, de patients présentant un dysfonctionnement postural.

En psychologie, à l’exception de la recherche fondamentale, qui a considérablement contribué à la compréhension de l’expérience de présence dans les environnements virtuels au cours des dernières années, la thérapie par réalité virtuelle a trouvé une application particulière en psychologie clinique et en psychothérapie. L’observation que les stimuli virtuels déclenchent de réelles craintes a conduit à inclure la RV dans le spectre des interventions thérapeutiques. Alors que la RV était initialement intégrée de manière plus intuitive à la thérapie comportementale de phobies spécifiques, il existe maintenant des manuels de traitement évalués pour une gamme plus large de troubles. En outre, les avantages pour les désordres corporels ont également été examinés ou dans des contextes neuropsychologiques tels que le traitement de la démence. D’autre part, entre temps, bien que timidement, d’autres écoles thérapeutiques s’ouvrent.

Une revue récente résume les études précédemment publiées sur l’utilisation de la réalité virtuelle en psychothérapie. En conséquence, l’utilisation de la réalité virtuelle semble être efficace dans le traitement de la peur de voler, de la peur du vide, de la phobie de l’araignée et de la phobie sociale. La recherche sur l’efficacité d’autres troubles anxieux tels que le trouble panique, le TOC et le trouble de stress post-traumatique (ESPT) en est encore à ses débuts.

Utilisation de la réalité virtuelle dans les phobies

Les phobies spécifiques figurent toujours parmi les principaux domaines d’application de la RV en psychothérapie. Les situations typiques déclenchant l’anxiété peuvent être conçues virtuellement. Les bâtiments de haute altitude sont souvent utilisés pour traiter les hauteurs. L’exposition est généralement graduée: si les patients se sont habitués à une hauteur, il faut évoluer dans un étage supérieur, ce qui déclenche à nouveau la peur. En quelques séances, les patients sont souvent en mesure d’atteindre le plus haut niveau du bâtiment virtuel et, par la suite, dans des emplacements réels à plus haute altitude. Le traitement par VR était au moins aussi efficace que l’exposition in vivo.

Dans la thérapie de la phobie sociale à l’aide de la réalité virtuelle, des situations sociales sont créées avec des avatars, le patient devant, par exemple, prononcer un discours devant un public virtuel. Les réactions du public peuvent varier, de l’écoute attentive à l’ennui ou au chuchotement.

Expériences traumatisantes

Parmi la proportion de personnes touchées par le syndrome de stress post-traumatique, celle des soldats en est particulièrement élevée: par exemple, 18% des soldats rentrés de la guerre en Irak souffrent du SSPT. La confrontation à l’aide de la réalité virtuelle, qui décrit de manière réaliste des situations de guerre traumatiques, représente une nouvelle méthode de traitement actuellement éprouvée. D’autres scénarios virtuels ont été créés et évalués, par exemple pour des victimes de la guerre du Vietnam, des attaques contre le World Trade Center à New York ou d’un attentat à la bombe. Cependant, l’utilisation de réalités virtuelles dans les troubles traumatiques doit être considérée d’un point de vue éthique et d’un point de vue critique. Selon l’état actuel des recherches en thérapie des traumatismes, la confrontation doit être précédée de certaines phases, telles que la stabilisation et le développement d’une relation thérapeutique. Dans les études précédentes, toutefois, ces étapes étaient négligées et il existait donc un risque de traumatisation ou de neutra- matisation si le scénario virtuel ne correspondait pas exactement à l’expérience traumatique. Les effets à long terme du traitement du SSPT par la réalité virtuelle sont à peine connus

De plus, des environnements virtuels ont déjà été développés pour le traitement des personnes souffrant de TOC, en particulier des personnes souffrant de contraintes organisationnelles et des personnes souffrant de trouble panique. Les symptômes d’une attaque de panique, tels qu’une vision floue et une apparence de tunnel, sont virtuellement modélisés et accompagnés de stimuli acoustiques tels que des palpitations. Aussi, pour ces perturbations, les premiers résultats positifs sont déjà apparus. Même en dehors des troubles anxieux, les premiers scénarios virtuels ont déjà été développés. Dans une phase d’essai, on trouve entre autres une RV pour le diagnostic comportemental et la thérapie des troubles de l’alimentation, du syndrome de déficit de l’attention et de la schizophrénie. Il existe également des projets modèles dans le cadre d’approches psychodynamiques, tels que le traitement des dysfonctionnements sexuels assisté par VR.

conclusion

Certaines recherches ont été effectuées depuis la publication des premières études de cas sur les réalités virtuelles dans le traitement de phobies spécifiques. L’efficacité de la thérapie de confrontation assistée par RV a été prouvée par diverses études contrôlées, notamment dans le domaine des phobies spécifiques. Un nombre croissant d’études porte également sur d’autres troubles tels que le trouble panique, le trouble obsessionnel-compulsif et le SSPT. De plus, des manuels thérapeutiques pour des phobies spécifiques  et du SSPT ont déjà été élaborés.

L’utilisation de la RV pour le traitement des troubles mentaux devrait augmenter dans les prochaines années.

Comment here