Psychologie

Le langage des bébés : Pleurs, gazouillis, babillage et premiers mots

Le langage des bébés : Pleurs, gazouillis, babillage et premiers mots
Le langage des bébés : Pleurs, gazouillis, babillage et premiers mots
Le langage des bébés : Pleurs, gazouillis, babillage et premiers mots

Si les bébés n’ont pas encore les mots pour communiquer, ils savent très bien se faire comprendre de leurs proches. Pleurs, intonations, gestes… le bébé parle avec tout son corps dès les premières heures de sa naissance.

Les mamans le savent bien, un bébé peut facilement se faire comprendre ! Dans les tout premiers mois de vie, le bébé sait faire varier ses pleurs pour indiquer à maman ce qui ne va pas. Faim, fatigue, douleurs…

La maman attentive décrypte rapidement les différences ! Comme un nourrisson ne pleure jamais pour rien, la maman sait immédiatement quand son enfant à besoin d’elle pour être changé, alimenté, câliné ou apaisé. Les regards sont expressifs également. Le bébé suit des yeux sa maman en permanence. Il lui « parle » en la couvant du regard mais aussi en mettant ses gestes au diapason de sa mère. Les deux sont sur la même longueur d’ondes. C’est ce que les spécialistes appellent l’empathie (” ressentir avec “). La mère est éminemment réceptive à ces sollicitations non verbales et dans le même temps, le bébé sait parfaitement décoder l’état de fatigue ou d’énervement, de calme et de bonheur de sa mère.

A 2 mois, les gazouillis

A partir de 2 mois, le bébé gazouille de plaisir quand on lui parle. Il esquisse de grande risette de bonheur. Le dialogue s’installe avec toutes les personnes de son entourage et non plus seulement avec sa mère. Il commence à suivre des yeux les personnes qui bougent autour de lui. A 3 mois, le pli est pris. Il préfère et de loin être au coeur de l’activité de la maison plutôt que rester seul dans sa chambre. Le petit être devient sociable et réactif aux stimulations de l’extérieur.

A 5 mois, les babillages

A partir de 5 mois, le bébé se rend compte qu’il peut influer sur sa voix. C’est le babillage qui commence ! Il s’amuse à répéter inlassablement des successions de voyelles et de consonnes qui lui plaisent tout particulièrement. Ce qui est formidable, c’est que babillage est différent d’un pays à l’autre. C’est là la preuve que l’enfant commence à reproduire les sons qu’il entend et non des sons aléatoires. Cette grande phase du développement doit être encouragée par les proches car elle est à la base de toute l’évolution future du langage. L’époque des babillages correspond pour l’enfant à une autre grande découverte, celle de son corps. Les gestes deviennent de plus en plus précis et le jeu commence à occuper une place de plus en plus importante dans l’emploi du temps de bébé. Là encore, la maman attentive pourra déceler des variations dans le comportement de son enfant qui seront autant de signes signifiants envoyés par l’enfant à sa mère. Après les successions de voyelles, le bébé parvient au gré de ses tâtonnements à prononcer des syllabes : ba, da… Les variations du langage commencent à apparaître plus nettement. Le bébé met le ton à ses vocalises en fonction de son état de fatigue ou d’énervement.

A partir de 7 mois, l’enfant comprend que les mots correspondent à des objets ou à des actions. Il reconnaît maintenant son nom. A 10 mois, il est capable d’associer certains mots courants à des objets. C’est le moment de s’essayer à répéter ces mots magiques que maman prononcent ! Petit à petit les mots s’affinent. Le vocabulaire s’étend.

Comment here