La transpiration : diagnostic et traitements

La transpiration sert à quoi ?

Transpirer nous sert de thermostat. Cela permet à notre corps de garder une température autour de 37°C. Donc bien que la sueur apparaisse en général aux moments les moins indiqués, elle reste néanmoins cruciale car le corps se refroidit lors de l’évaporation de la sueur sur la peau.

Pourquoi cette odeur ?

L’émanation de la transpiration, plus ou moins forte provient de la détérioration des toxines transportées par la sueur. L’organisme doit éliminer certaines toxines présentes dans les muscles et les rejette donc. Aux endroits du corps mal ventilés la sueur peut difficilement s’évaporer. Elle devient visqueuse et accumule des acides gras d’où provient l’odeur.
Bien que l’odeur de la transpiration laisse à désirer, elle est un phénomène indispensable pour réguler la température du corps. Elle est souvent perçue comme sale, notamment à cause des odeurs qu’elle dégage et des auréoles qu’elle dessine sous les aisselles. Ne pensez plus que transpirer est sale, en effet ce qui est sale est de ne pas prendre de douche ou de ne pas changer son linge…

Dans les moments de stress : à l’occasion d’une soutenance, ou encore d’un examen comme le permis, d’un premier rendez-vous amoureux… vous l’aurez compris, lors d’une décharge émotionnelle.

Ok, mais la sueur, elle vient d’où précisément ?

Les glandes sudoripares ou sudorales sont responsables de la sécrétion de sueur. Le corps humain en compte environ 3 millions. Les glandes sudoripares qui se trouvent sous les bras, sur les paumes et les plantes sont dites apocrines car elles sont assez particulières et se développent à partir de l’âge de la puberté.

Il s’agit de deux glandes qui la produisent : les glandes encrines et apocrines.
Ces deux glandes sont réparties sur tout le corps, ainsi elles la diffusent à la surface de la peau grâce aux pores, qui sont des sortes très petits entonnoirs. La transpiration contient des sels minéraux, principalement du potassium, calcium, sodium, et du magnésium, un peu d’urée, d’immunoglobulines, des acides gras volatiles, du cholestérol, des androgènes. Mais surtout de l’eau à 99%. Mais d’autres composés sont présents, comme des graisses ou encore de l’acide lactique. Un liquide produit pendant l’effort … qui attire les moustiques.

Transpiration des pieds

Vous avez une transpiration excessive des pieds ?

Vous n’osez pas enlever vos chaussures car l’odeur est trop forte ? C’est un calvaire ? Quelques explications.

Lorsque nos pieds sont enfermés dans nos chaussures et baskets et que nous sommes en mouvement, les pieds s’échauffent et il y a transpiration.

Selon les personnes, le degré de transpiration est différent. Parfois, il est possible qu’une mauvaise odeur provienne des pieds. La mauvaise odeur provient de bactéries qui prolifèrent avec la chaleur et l’humidité de la transpiration des pieds. L’hypersudation caractérise la maladie de l’hyperhidrose (transpiration excessive souvent due aux hormones) dont certaines personnes sont atteintes. Ces dernières transpirent donc plus que la normale, ce qui engendre une humidité des pieds plus élevée et donc des mauvaises odeurs.

C’est le cas des femmes qui approchent de la ménopause ou bien des personnes en surpoids, qui ont généralement une transpiration plus élevée que la moyenne. La transpiration des pieds génère de l’humidité qui favorise les mauvaises odeurs, mais peut également entrainer des mycoses (champignons qui se développent avec l’humidité en général).

Demandez toujours conseil à votre dermatologue.

Lutter contre la transpiration des pieds

Tout d’abord, avant d’essayer n’importe quel traitement, essayez une méthode naturelle, testée et éprouvée des centaines de fois.

Beaucoup de produits existent pour pallier à la transpiration excessive des pieds :

– Les semelles parfumées de diverses odeurs : rose, cannelle… à mettre dans les chaussures
– Les gels déodorants et anti-transpirants pour pieds
– L’acide borique en poudre, en grain ou pulvérisé, à mettre sous la plante du pied
– Le talc, poudre que l’on applique sur le dessous du pied
– Les crèmes déodorantes pour pieds
– Les anti-transpirants à base de sels d’aluminium comme Etiaxil, qui existe sous forme de lotion pour les pieds
– Les boules déodorantes pour chaussures
– Les désinfectants pour chaussures
– Les comprimés ou lingettes déodorantes
– Les semelles anti-bactériennes et déodorantes pour chaussures
– Les sprays désodorisant pour pieds ou chaussures

Transpiration nocturne

La transpiration nocturne, un problème gênant.

Vous êtes-vous réveillé tout transpirant le matin ?

Ce problème touche de plus en plus de personnes et est très gênant : obligé de dormir seul, changer souvent le matelas car il moisit, mais également les draps.

La transpiration nocturne est une réaction au stress. Ainsi nos glandes sécrètent des hormones épinéphrine et norépinéphrine. Celles-ci entrent dans le sang. S’ensuit une circulation sanguine bien plus élevée et la chaleur corporelle augmente. Pour faire baisser la chaleur corporelle, le corps transpire. Si ce phénomène se produit la nuit on abouti au problème de la transpiration nocturne.

Causes de la transpiration nocturne

Plusieurs causes sont connues :

– La ménopause. Il s’agit d’une baisse de la concentration en hormones dans le sang, aussi appelé andropause chez l’homme.
– Un cancer du sein et les séances de chimiothérapie qui en ont résulté. Les femmes manquent donc estrogène, et entrent dans la ménopause plus tôt.
– Également le traitement contre le cancer de la prostate en utilisant une thérapie antitestostérone : estrogène et de la testostérone (deux hormones) nous protègent contre la transpiration nocturne. Le corps s’y habitue après quelque temps. Dès lors que la concentration dans le sang d’une de ces 2 hormones chute, la température du corps elle, s’élève.
– La tuberculose (on ne cesse pas de tousser) et du SIDA
– Toutes les maladies infectieuses qui provoquent de la fièvre ainsi que le diabète
– L’alcool et certains médicaments comme des antidépresseurs, des tranquillisants et la pilule. Lisez toujours la notice explicative ou demandez des informations à votre médecin si vous désirez en savoir plus.
– Les mets épicés
– L’hypoglycémie : un taux de sucre anormalement bas peut déclencher des sueurs nocturnes. Les personnes traitées à l’insuline ou ayant un traitement oral contre le diabète par exemple peuvent souffrir d’hypoglycémie lorsqu’elles dorment. Cet état déclenche une transpiration nocturne.
– Un état neurologique spécial : cela se produit moins fréquemment mais l’état neurologique d’un individu peut augmenter sa transpiration et peut donc déclencher les symptômes des sueurs nocturnes.

Diagnostic de l’hyperhidrose

Le diagnostic de l’hyperhidrose (transpiration excessive) doit être fait par un médecin qui a considéré votre passé médical et fait un examen physique complet. Il faut parfois des examens complémentaires pour exclure d’autres maladies.
Avant de traiter l’hyperhidrose localisée, il faut parfois déterminer l’endroit du corps qui transpire anormalement. Pour cela, on pratique une épreuve qui consiste à badigeonner un peu d’iode sur la peau, puis à saupoudrer de l’amidon sur l’iode séché.
Le mélange iode-amidon vire au bleu aux endroits qui transpirent trop. Cela indique que les glandes sont hyperactives à ces endroits.
On peut aussi mesurer la transpiration par gravimétrie. Ce procédé, rarement utilisé en dehors des études cliniques, consiste à poser un buvard sur la peau, puis à peser le buvard imbibé de sueur pour calculer la quantité de sueur déversée par les pores.

La transpiration excessive (hyperhidrose) se soigne

Heureusement, il y a moyen de traiter l’hyperhidrose. Ces traitements varient des préparations topiques à la chirurgie.
Il faut cependant admettre qu’il n’existe pas un seul « bon » traitement de l’hyperhidrose. Chaque cas est unique. Si vous souffrez d’hyperhidrose, vous devriez consulter votre médecin afin de choisir un traitement qui convient à votre situation. L’abondance de la transpiration, la partie du corps qui est affectée et l’incommodité que cela vous cause sont autant de facteurs dont il faut tenir compte.

Hyperhidrose : traitements proposés

  • Préparations topiques : applications de chlorure d’aluminium hexahydraté
  • Médication par la bouche : traiter une maladie sous-jacente
  • Iontophorèse : application d’un faible courant électrique sur les parties affectées
  • Chirurgie : section des nerfs qui causent la transpiration anormale
  • Injections localisées : interruption de la transmission nerveuse dans les glandes sudoripares

Hyperhidrose palmaire (mains moites)

Mains moites, que faire ?

Transpirer des mains est un phénomène très embêtant, car cela se manifeste, généralement, dans des moment où justement il faudrait être à l’aise. Si vous faites partie des 1 % de la population ayant les mains moites, voici quelques conseils qui pourraient vous aider.
Son nom savant, L’hyperhidrose palmaire, désignant la transpiration des mains est un véritable handicap dans la vie professionnelle comme personnelle. En effet, il devient gênant de serrer la main, et tout glisse des mains. Il devient vraiment pénible de jouer d’un instrument, d’utiliser un clavier, de tenir une raquette.

Quelles sont les cause de cette transpiration très localisée ?

Et bien il s’agit souvent d’un problème émotionnel, de peur ou de stress.
Si c’est votre cas, alors vos mains deviennent anormalement moites avant un rendez-vous stressant, professionnel ou sentimental, avant un examen. Ce phénomène n’est pas irréversible, des solutions s’offrent à vous.

Mains moites, les solutions

Si vous avez les mains moites peu souvent et que la transpiration est en petite proportion, envisagez plutôt une thérapie comportementale et cognitive qui pourrait bien vous permettre de contrôler vos émotions pour ne pas déclencher ce phénomène de mains moites. Sinon, essayez-vous à l’hypnose ou encore l’acupuncture qui peuvent s’avérer efficaces.

Sinon vous pouvez utiliser un traitement local : le chlorure d’aluminium (sous forme de gel). Il faut l’appliquer juste avant de se coucher sur vos mains qui doivent être propres. Il est possible de mettre des gants afin de favoriser la pénétration du produit. N’oubliez pas de vous rincer les mains correctement le lendemain au réveil. En vous traitant ainsi durant quelques nuits (dans l’idéal 2 ou 3) vous ne devriez plus avoir les mains moites pour la simple et bonne explications que le chlorure d’aluminium neutralise vos glandes qui sécrètent la transpiration.

Un autre traitement est également possible : L’iontophorèse. Comment ça fonctionne ? On diffuse un très faible courant dans votre paume. Le problème des mains moites devrait être résolu en l’espace de 3 semaines à raison de 3 séances de 20 min par semaine.
Autrement, la chirurgie permet de détruire les ganglions sympathiques qui contrôlent la transpiration, dans les cas les plus lourds. Cependant, évitez d’y recourir, car elle peut entraîner des problèmes irréversibles, utilisez plutôt une méthode naturelle.

Adoptez une hygiène de vie saine et naturelle, ce qui permet de prévenir de ce phénomène de mains moites : évitez de consommer des boissons trop chaudes ou trop glacées, du café, ou de l’alcool. Réduisez l’utilisation du poivre, des piments ou de la moutarde : en clair mangez moins épicé. Consommez avec modération les aliments riches en zinc et en cuivre, comme le foie, les huîtres, les crustacés ou les sardines.
Certains médicaments sont à proscrire et votre médecin traitant saura vous les indiquer.

Comment transpirer moins ?

Pourquoi transpirez-vous autant ?

L’hyperhidrose est un terme médical qui signifie transpiration excessive. Des millions de personnes en souffrent partout dans le monde. Même si on ne possède pas de chiffres exacts, on estime qu’aux Etats-Unis, l’hyperhidrose affecte 2,8 % de la population.
Une hyperhidrose négligée nuit beaucoup à la qualité de vie. Les mains et les pieds moites, les aisselles toujours humides, un visage ruisselant de sueur peuvent s’avérer très gênants, au travail comme dans les contacts sociaux. On pourrait croire que la personne qui souffre d’hyperhidrose est très nerveuse ou malade, alors que ce n’est pas du tout le cas.
La transpiration trop abondante a d’autres inconvénients. Il faut se laver plus souvent, faire nettoyer ses vêtements plus souvent, utiliser des dessous-de-bras pour absorber l’excès de sueur.
Enfin, la sueur trop abondante abîme la peau, favorise les infections et dégage une odeur désagréable. Ce sont là des effets fâcheux, tant sur le plan médical que social.
L’hyperhidrose n’est pas dangereuse, ce qui ne l’empêche pas d’être pénible et gênante. Heureusement, les médecins commencent à mieux connaître ce problème et ont trouvé des moyens de le corriger.
Vous allez les connaître aussi en parcourant ce site.

Traitements pour transpirer moins

Il existe plusieurs traitements de l’hyperhidrose. Ces traitements pourraient-ils vous aider ? C’est ce que vous allez apprendre dans les pages qui suivent. Vous devriez consulter votre médecin pour savoir lequel convient le mieux à votre cas. Plusieurs de ces traitements sont couverts par les régimes d’assurance maladie.

Les anti-transpirants

Pour lutter contre la transpiration, si vous avez tendance à transpirer facilement, il vous faut un anti-transpirant efficace. Mais pourquoi pas une méthode pour transpirer moins ?

Les anti-transpirants, comment ça marche ?

La sudation est l’excrétion de sueur par les glandes sudoripares.

Les anti transpirants ont pour rôle de limiter excrétion de sueur par ces fameuses glandes sudoripares. La plupart des anti transpirants contiennent des sels d’aluminium sous forme de chlorure d’aluminium hexahydraté. Les sels d’aluminium sont souvent présentés en lotions ou en crèmes.

Comment appliquer un anti-transpirant ?

Les antisudoraux contenant des sels d’aluminium sont irritants et leur utilisation doit donc être effectuée de préférence de cette manière :

– Ne pas appliquer les antisudoraux aux sels d’aluminium après une épilation ou un rasage dans les 48h précédentes, au risque de grosses irritations

– Appliquer les antisudoraux aux sels d’aluminium le soir, sur peau sèche et propre (le produit pénètre donc la nuit dans les glandes sudoripares)

– On préconise généralement d’appliquer les anti-transpirants aux sels d’aluminium tous les 2-3 jours uniquement

Les déodorants en revanche permettent de diminuer les odeurs liées à la sueur.

Un déodorant est souvent présenté sous forme de spray, de stick ou bille.

Les dangers des déodorants à l’aluminium :

Tout d’abord, l’aluminium est considéré depuis assez longtemps comme un composant neurotoxique qui est lié à plusieurs maladies osseuses, hématologiques, cardiaques, etc.

L’aluminium et le sel d’aluminium sont aussi soupçonnés d’être à la base du déclenchement de la maladie d’Alzheimer. Les conséquences des déodorants avec de l’aluminium sur la santé à travers leur utilisation, sur l’apparition de certaines maladies restent dures à prouver.

Certaines personnes affirment que les doses journalières recommandées fixées par l’Europe sont bien trop élevées. Retenez une chose, c’est que l’aluminium est toxique, c’est pourquoi il est interdit dans notre alimentation.
Les risques et les effets de la présence d’aluminium dans votre déodorant anti-transpirant :

Il y a un risque d’inflammation des glandes sudoripares, celles-ci pouvant finir par être endommagées si l’utilisation du déodorant est trop fréquente. Des études recommandent de ne pas mettre de déodorant contenant ces sels plus d’une fois par jour afin d’éviter les allergies.

Les produits anti-transpirants et déodorants sont très utilisés en Europe et dans le monde. Reste que les cosmétiques qui contiennent de l’aluminium quand ils sont associés au rasage des aisselles peuvent être dangereux à long terme pour une femme, en augmentant le risque de cancer du sein.

Une étude scientifique présente les déodorants à l’aluminium comme sans danger. Mais il existe aussi une étude contradictoire publiée dans une revue médicale. Le doute est donc présent et il est difficile de faire confiance les yeux fermés, les études “scientifiques” sur le sujet sont souvent réalisées par des gros groupes, pouvant faire pression.

Les dangers des déodorants avec du triclosan pour votre santé ?

Le triclosan est un agent antifongique et anti-bactérien, on le trouve dans des savons, dans des déodorants, des produits contre la transpiration, et beaucoup d’autres produits.

Cette substance est un produit chloré donc un très bon bactéricide, elle est néanmoins nocive pour le fonctionnement du foie chez un homme ou une femme.

Les avis de différents docteurs :

En 2005, le docteur Philippa Darbre au Royaume-Uni pointe du doigt l’aluminium contenu dans nos anti transpirants qu’elle soupçonne de favoriser les cancers du sein.

Elle a montré que le chlorhydrate d’aluminium contenu dans les déodorants pourrait interférer avec les récepteurs aux estrogènes de certaines cellules cancéreuses.

” Comme les estrogènes seraient impliqués dans le développement et la progression des cancers du sein, toute molécule de l’environnement qui possède une activité estrogénique et qui peut pénétrer dans le sein peut théoriquement influencer le risque de cancer de sein d’une femme “.

Le docteur Kris McGrath de la Northwestern University de Chicago a étudié les habitudes cosmétiques de 437 femmes souffrant d’un cancer du sein : utilisez-vous un antitranspirant au moins deux fois par semaine ? Vous rasez vous les aisselles au moins trois fois par semaine?

Un verdict : celles qui ont répondu oui à ces deux questions ont été atteindre d’un cancer du sein en moyenne 15 ans avant les autres.

” Le rasage facilite probablement l’absorption de l’aluminium car il fragiliserait la barrière cutanée ” affirme Kris McGrath.

Les composants dangereux présents dans les déodorants :

  • Aluminium chloryde.
  • Aluminium chlorydrate.
  • Aluminium chlorydrex.
  • Aluminium chlorydrex PG, un agent actif antitranspirant.
  • Aluminium sesquichlorydrate.
  • Aluminium zirconium trichlorhydrex GLY.

Donc pour lutter contre les risques des déodorants avec alcool / aluminium / triclosan :

– Utilisez des déodorants sans alcool, sans aluminium chlorohydarte.

– Opter pour des déodorants biologiques.

– Servez vous d’un déodorant corporel en pierre d’alun, avec 100% de potassium alum.

– Si vous avez choisi d’utiliser encore un tel produit : essayer de réduire la quantité, en essuyant pour en absorber un minimum.

Traitement de la transpiration excessive (hyperhidrose)

Préparations topiques

La plupart des gens utilisent un antisudorifique ou un désodorisant tous les jours. Ces produits ne sont pas indiqués pour le traitement de l’hyperhidrose. D’autres produits vendus en pharmacie sont approuvé pour l’hyperhidrose des aisselles, des mains et des pieds. Ces produits sont à base de chlorure d’aluminium hexahydraté et on les applique comme un désodorisant ordinaire. La transpiration excessive diminue après une ou deux applications. Ensuite, on applique selon le besoin, d’ordinaire une ou deux fois par semaine, au coucher.

Ce traitement convient …

Aux personnes atteintes d’hyperhidrose des aisselles, des mains ou des pieds.

Avantages et inconvénients

L’antisudorifique médicamenteux est sans doute le traitement le plus simple de l’hyperhidrose. Drysol® se vend dans la plupart des pharmacies. Il ne nécessite pas d’ordonnance et ne coûte pas très cher.
Certaines personnes trouvent que Drysol® irrite la peau. Si l’irritation s’aggrave, il faut parfois cesser le traitement.

Médication par la bouche

Ce traitement convient …

Aux personnes souffrant d’hyperhidrose secondaire généralisée causée par une maladie sous-jacente.

Avantages et inconvénients

Les médecins prescrivent d’abord un traitement de la maladie sous-jacente, ce qui permet de maîtriser indirectement la transpiration généralisée.

Ionophorèse

L’iontophorèse consiste à poser les mains ou les pieds sur un tampon mousse imbibé d’eau. Le tampon est relié à un courant électrique de faible intensité. Conduit par l’eau, le courant traverse la peau et interrompt l’activité des glandes sudoripares.

Ce traitement convient …

Aux personnes souffrant d’hyperhidrose localisée aux mains ou aux pieds.

Avantages et inconvénients

L’iontophorèse est un traitement inoffensif et à peu près indolore. Au début, il faut plusieurs séances par semaine. Lorsque l’hyperhidrose est maîtrisée, l’effet du traitement peut durer pendant plusieurs semaines.
Il faut considérer la durée et la répétition des séances à intervalles réguliers.

Chirurgie

On a parfois recours à la chirurgie pour contrôler l’hyperhidrose. L’intervention s’appelle sympathectomie par thoraco-endoscopie. Le chirurgien sectionne les nerfs qui causent la transpiration excessive. Il est possible de pratiquer l’intervention en ambulatoire, c’est-à-dire sans passer une nuit à l’hôpital.
On pratique aussi l’excision des glandes des aisselles.

Ce traitement convient…

Aux personnes dont la qualité de vie est gravement perturbée par l’hyperhidrose.

Avantages et inconvénients

La sympathectomie est efficace contre l’hyperhidrose. Plusieurs patients éprouvent un soulagement immédiat. Les examens de suivi montrent que dans plusieurs cas, l’effet dure pendant des années.
Comme toute opération, la sympathectomie n’est pas sans danger. Il y a toujours un risque d’infection et de lésions graves aux nerfs de la poitrine, car c’est là qu’on fait l’incision.
Il arrive aussi que certaines personnes « compensent » la diminution de transpiration dans la partie traitée en transpirant plus fort ailleurs.

Injections locales

BOTOX® (toxine botulinique type A) est un autre traitement de l’hyperhidrose localisée. Il est approuvé au Canada pour l’hyperhidrose axillaire, c’est-à-dire la transpiration anormale des aisselles.
Le traitement consiste en une série de petites injections de toxine botulinique dans les aisselles. Cela bloque l’activité des nerfs qui causent la transpiration excessive. Ce blocage neuromusculaire diminue la transpiration. Dans une étude, les personnes traitées ont vu leur transpiration diminuer dans la semaine suivant les injections.
Le traitement dure une quinzaine de minutes. Le médecin peut administrer un anesthésique local léger comme la crème EMLA® pour atténuer la douleur. On répète les injections selon le besoin.

Ce traitement convient …

Aux personnes qui souffrent d’hyperhidrose localisée aux aisselles.

Avantages et inconvénients

Dans les études cliniques, on a constaté que ce traitement pouvait maîtriser l’hyperhidrose.
Dans le traitement de l’hyperhidrose axillaire, l’effet secondaire le plus fréquent est une impression de transpiration accrue dans d’autres parties du corps. La douleur au point d’injection est un autre effet secondaire.

Botox et transpiration excessive

La toxine botulique, une révolution thérapeutique dans le traitement de l’hyperhidrose

La révolution thérapeutique semble venir de la toxine botulique (Botox) qui permet, en injections locales, de supprimer l’hypersudation pendant une durée très appréciable (jusqu’à 6 mois) chez 95% des patients.

La toxine botulique agit en détruisant les transmissions cholinergiques du système nerveux sympathique. Ces transmissions sont rétablies en 4 à 6 mois.

L’injection de toxine est particulièrement efficace pour la transpiration excessive des aisselles, de la paume des mains et de la plante des pieds.

La méthode a quelques contre-indications (grossesse, prise d’antibiotiques, d’anti-coagulants, d’anti-inflammatoires, maladies neuromusculaires, … etc).

Une séance de traitement est requise tous les 4 à 6 mois.

Traitement des aisselles par la toxine botulique

On détermine dans un premier temps l’étendue de la zone de transpiration excessive à l’aide du Test de Minor. On disperse ensuite à égale distance une cinquantaine de points d’injections.

Sous les aisselles, aucune anesthésie n’est nécessaire.

L’effet de la toxine dure 4 à 6 mois et soulage 95% des patients.

Traitement des mains par la toxine botulique

Deuxième zone du corps où la transpiration excessive est vécue comme un handicap, les mains peuvent faire l’objet d’un traitement particulier.

Les doses injectées sont un peu plus élevées que celles sous les aisselles, la zone étant plus étendue.

Compte-tenu des douleurs à l’injection, il est préférable de faire ce traitement en clinique sous couverture anesthésique légère mais efficace (dérivé du type morphine).

La toxine utilisée est celle qui est injectable uniquement en clinique ou en milieu hospitalier car elle est beaucoup plus puissante que celle utilisée pour le traitement des rides.

Traitement des pieds par la toxine botulique

Troisième zone du corps où la transpiration est vécue comme un handicap, la plante des pieds peuvent faire l’objet d’un traitement particulier.

Les doses injectées sont un peu plus élevées que celles sous les aisselles, la zone étant plus étendue.

Compte-tenu des douleurs à l’injection, il est indispensable de faire ce traitement en clinique sous couverture anesthésique légère mais efficace (dérivé du type morphine).

Le traitement de plusieurs zones à la fois est tout à fait possible.

Il est préférable d’utiliser la toxine qui est injectable uniquement en clinique ou en milieu hospitalier car elle est beaucoup plus puissante que celle utilisée pour le traitement des rides.

Traitement d’autres zones par la toxine botulique

Chaque partie du corps peut faire l’objet d’un traitement spécifique (front, nuque). Les principes doivent en être fixés par accord entre le patient et le praticien.

Traitement chirurgical de l’hyperhidrose

Si l’hyperhidrose (trabspiration excessive) résiste à tout même à la toxine botulique (ce qui est devenu très rare) et s’avère réellement handicapante, le traitement chirurgical est possible pour la transpiration excessive des aisselles: le plus utilisé est la sympathectomie thoracique endoscopique, qui aboutit à la destruction spécifique du ganglion sympathique qui contrôle la transpiration.

Boukhris Najla

Psychologue et consultante en webmarketing.

Laisser un commentaire