Gastro-entérologie

La maladie de Crohn : l’ennemi de l’appareil digestif

 

La maladie de Crohn est une affection inflammatoire chronique qui touche tout le tube digestif principalement l’iléon, le côlon et l’anus.

La maladie de Crohn est une maladie chronique qui peut atteindre tous les segments du tube digestif selon une observation faite en 1932 par un médecin américain, le Dr Burril B. Crohn. Elle affecte la partie terminale de l’intestin grêle (l’iléon) et assez souvent le colon. Elle touche rarement d’autres parties du tube digestif. La maladie évolue par poussées tout au long de la vie. L’origine exacte de la maladie de Crohn est inconnue. Néanmoins, les dernières hypothèses évoquent une prédisposition génétique, un facteur déclenchant environnemental ou encore la survenue d’une cascade inflammatoire non contrôlée. Dans près d’un quart des cas, ce sont des formes familiales.

Les symptômes de la maladie de Crohn

Les symptômes dépendent de la topographie et de l’étendue des lésions. Les signes cliniques digestifs de la maladie de Crohn sont la diarrhée chronique, les douleurs abdominales, des fistules ou abcès péri anaux et la perception d’une masse abdominale. Les signes généraux sont la fièvre, l’amaigrissement et l’altération de l’état général. Des manifestations extra-intestinales peuvent exister, principalement ostéo-articulaires mais aussi hépato-biliaires, oculaires ou cutanées. En raison de l’inflammation, du sang dans les selles peut être décelé. Une anémie par manque de fer, due aux hémorragies ou à un défaut d’absorption est également possible. La maladie de Crohn peut s’étendre en dehors du tube digestif. Plusieurs troubles peuvent apparaître comme la pyodermite ou l’érythème noueux, des aphtes, des inflammations autour des yeux et de l’arthrite au niveau des articulations.

Les traitements pour enrayer la maladie de Crohn

Les traitements actuels limitent l’inflammation et permettent de contrôler les symptômes mais ne guérissent pas les malades. Les mesures générales, en fonction de l’intensité des poussées, sont les anti-diarrhéiques, les corticoïdes, des hormones prises pour diminuer l’inflammation, des antibiotiques ou des aminosalicylés. Le repos, une alimentation saine, l’arrêt du tabac sont également prescrits. La maladie de Crohn évolue souvent par poussées séparées par des rémissions cliniques plus ou moins longues tout au long de la vie. Les complications les plus fréquentes sont les occlusions, les fistules, les abcès et perforations, plus rarement les hémorragies et la colite aigue grave…En cas d’échec du traitement médical ou en présence de complications, la chirurgie est pratiquée notamment en cas d’abcès et de fistules ou d’obstruction. La chirurgie ne guérit pas de la maladie de Crohn.

Les incidences de la maladie de Crohn

Après 10 ans d’évolution de la maladie, il a été constaté une majoration du risque de cancer colo-rectal. Le risque de cancer intestinal est plus élevé que dans la population générale. La maladie de Crohn n’est généralement pas mortelle, mais peut mener à de nombreuses complications. Toutefois, la mortalité peut atteindre 5 à 15%. En Amérique du Nord et en Europe du Nord, l’incidence de la maladie de Crohn est des plus élevées et tend à augmenter depuis 1950.

La maladie de Crohn reste une maladie rare bien qu’il soit dénombré 60 000 cas en France. La maladie de Crohn frappe aussi bien les hommes que les femmes entre 20 et 40 ans.

Comment here