Chirurgie

La gangrène : la putréfaction des tissus

La gangrène : la putréfaction des tissus
La gangrène : la putréfaction des tissus
La gangrène : la putréfaction des tissus

La gangrène est une maladie au cours de laquelle le tissu se nécrose à la suite d’un arrêt de la circulation sanguine. Il existe un grand nombre de variétés de gangrène, en général, elle n’est pas mortelle.

La gangrène est une nécrose au niveau d’un tissu suite à un trouble de la vascularisation. Elle se localise généralement aux membres et plus particulièrement inférieurs. Néanmoins, la gangrène d’un viscère est également possible. Plusieurs variétés de gangrènes existent parmi les principales figurent la sèche, la gazeuse, la blanche et l’humide. A part la gangrène gazeuse qui entraîne souvent la mort, les autres types de gangrène se soignent dans les pays développés.

Les symptômes de la gangrène

En général, dans la plupart des types de gangrène, le premier symptôme est une perte de la sensibilité et de la mobilité. La zone atteinte devient froide, prend progressivement une coloration sombre et finalement meurt. Les tissus gangrenés sont fréquemment sujets à des surinfections bactériennes. Les extrémités comme les pieds ou les jambes, les mains, les doigts, les orteils sont les parties du corps les plus exposées à la gangrène. La gangrène peut atteindre toutes les parties du corps comme les poumons, les intestins, le foie. La gangrène apparaît sur une plaie, une égratignure plus profonde, une hémorroïde, un diverticule, une fissure anale, une rupture de l’urètre.

Le diabète, l’angiopathie, une intervention chirurgicale, une contusion, un ulcère ou encore un abcès peuvent intervenir dans la formation de la gangrène. Les climats chauds et humides (Afrique, Amérique du Sud, Indes, Asie du Sud) favorisent la non cicatrisation et l’apparition de la gangrène. Les nouveaux cas répertoriés chaque année dans le monde sont le plus souvent localisés dans les pays aux plus forts taux d’humidité.

Les traitements contre la gangrène

La gangrène se développe rapidement. Elle n’est pas contagieuse, ni congénitale, ni héréditaire. La gangrène ne se soigne pas par vaccins, ni par traitements préventifs. Une bonne hygiène, le nettoyage des plaies et les soins réguliers qui sont apportés permettent d’éviter une propagation de la gangrène.

Le diagnostic d’une gangrène est généralement simple et rapide pour un généraliste, un dermatologue ou un chirurgien. Une gangrène prise en charge à son début, peut être enrayée avec une réparation plus ou moins complète des tissus. Les antibiotiques seuls, ne sont généralement pas suffisants pour guérir. Ils ralentissent l’infection. Ensuite, les tissus infectés ou morts sont retirés pour arrêter la propagation. Enfin, l’oxygénothérapie hyperbare qui est l’administration d’oxygène à forte pression arrête la propagation des bactéries. Aujourd’hui, les antibiotiques et la chirurgie sont les plus souvent utilisées. Leur efficacité est réelle puisque 80% des victimes de la gangrène survivent.

Le saviez-vous ?

Aujourd’hui, l’Afrique compte encore chaque année de nombreux cas. Les pays développés sont les moins touchés. Une recrudescence de cas de gangrène est remarquée lors de catastrophes et d’inondations, ceci même dans les pays développés. En occident, se sont les diabétiques ou des personnes atteintes d’artériosclérose qui développent le plus fréquemment la gangrène.

Comment here