Psychologie

COVID-19 : Comment gérer le stress et l’anxiété

COVID-19 : Comment gérer le stress et l'anxiété
COVID-19 : Comment gérer le stress et l'anxiété
COVID-19 : Comment gérer le stress et l’anxiété

La pandémie de COVID-19 peut être stressante et incroyablement effrayante pour certaines personnes.

La peur et l’anxiété à propos d’une maladie peuvent être accablantes et provoquer de fortes émotions chez les adultes et les enfants, en particulier en période d’incertitude. C’est pourquoi il est essentiel de prendre soin de votre santé mentale lors de l’épidémie de coronavirus.

Chaque individu réagit différemment à une situation stressante. Votre réponse à une situation peut être complètement différente de celle d’une autre personne en raison d’un certain nombre de facteurs.

 

Les personnes qui peuvent réagir plus fortement au stress d’une crise sont:

  • Les personnes âgées et les personnes atteintes de maladies chroniques qui présentent un risque plus élevé de COVID-19
  • Enfants et ados
  • Les personnes confrontés en première ligne au COVID-19, comme les médecins, les prestataires de soins de santé ou les premiers intervenants
  • Les personnes qui ont des problèmes de santé mentale, y compris des problèmes de toxicomanie

Le stress lors d’un début de maladie infectieuse peut inclure:

  • Peur et inquiétude pour sa santé et celle de ses proches
  • Modifications du sommeil ou des habitudes alimentaires
  • Difficulté à dormir ou à se concentrer
  • Aggravation de problèmes de santé chroniques
  • Augmentation de la consommation d’alcool, de tabac ou d’autres drogues

La bonne nouvelle est qu’il existe des moyens qui peuvent vous aider à réduire le stress et à prendre soin de votre bien-être mental.

COMMENT GÉRER LE STRESS ET L’ANXIÉTÉ

ADULTES

L’un des moyens de réduire le stress lors d’une épidémie est de partager les faits  sur COVID-19 et de comprendre le risque réel pour vous-même et les personnes dont vous vous souciez. Lorsque vous partagez des informations précises sur le nouveau coronavirus, vous pouvez aider les autres à se sentir moins stressés et vous permettre de vous connecter avec eux.

En plus d’apprendre sur l’épidémie, il est également recommandé de participer à des activités qui apportent de la joie et de parler et partager vos ressentis avec vos amis et vos proches.

Il est également fortement recommandé de limiter l’exposition aux informations ( s’informer oui mais de façon raisonnable )  et de prendre des pauses pour regarder, lire ou écouter des reportages car entendre continuellement les informations anxiogènes sans interruption peut être bouleversant. Bien qu’il soit important de rester informé, les gens peuvent devenir plus angoissés s’ils voient des informations répétées d’une catastrophe dans les médias.

Il est important de comprendre la corrélation entre prendre soin de son corps et sa santé mentale. Respirer profondément, s’étirer ou méditer, manger des repas sains et bien équilibrés, de faire de l’exercice régulièrement, dormir suffisamment peut aider à soulager votre stress.

ENFANTS ET ADOS

Les parents qui veillent également au bien-être émotionnel des enfants ou des adolescents peuvent prendre certaines mesures pour essayer de réduire leur stress.

Il est important de garder à l’esprit que les enfants et les adolescents réagissent, en partie, à ce qu’ils voient des adultes qui les entourent. Lorsque les parents et les tuteurs traitent le COVID-19 avec calme et confiance, ils peuvent fournir le meilleur soutien à leurs enfants.

Tout comme les adultes, tous les enfants et adolescents ne réagissent pas au stress de la même manière. Certains enfants réagissent immédiatement, tandis que d’autres peuvent montrer des signes de difficulté beaucoup plus tard. La façon dont un enfant réagit et les signes communs de stress peuvent varier en fonction de son âge, de ses expériences antérieures et de la manière dont l’enfant gère généralement le stress.

Voici certains des signes que votre enfant ou adolescent peut être stressé :

  • Pleurs ou irritations excessifs chez les jeunes enfants
  • Retour à des comportements qu’ils ont dépassé  (par exemple, pipi au lit)
  • Inquiétude ou tristesse excessive
  • Habitudes alimentaires ou de sommeil malsaines
  • Irritabilité et comportements de «passage à l’acte» chez les adolescents
  • Mauvais résultats scolaires
  • Difficulté d’attention et de concentration
  • Éviter les activités qu’ils préféraient auparavant
  • Maux de tête ou douleurs corporelles inexpliqués
  • Consommation d’alcool, de tabac ou d’autres drogues

Si vous pensez qu’un enfant ou un adolescent peut être stressé ou submergé par la pandémie de coronavirus, il est recommandé de :

  • Prendre le temps de parler avec votre enfant ou adolescent de l’épidémie de COVID-19. De plus, vous devez répondre aux questions et  partager des faits  sur COVID-19 d’une manière que votre enfant ou adolescent peut comprendre.
  • Les rassurer qu’ils sont en sécurité. Faites-leur savoir que tout va bien et que vous appliquez les consignes de sécurité. Expliquez-leur comment vous gérez votre propre stress afin qu’ils apprennent à faire face à vous.
  • Limitez l’exposition de votre famille à la couverture médiatique de l’événement, y compris les médias sociaux. Les enfants peuvent mal interpréter ce qu’ils entendent et peuvent avoir peur de quelque chose qu’ils ne comprennent pas.
  • Essayer de suivre les routines régulières. Si les écoles sont fermées, créez un horaire pour les activités d’apprentissage et les activités relaxantes ou amusantes.
  • Être un modèle. Comment? En faisant des pauses, en dormant beaucoup, en faisant de l’exercice et en mangeant bien. N’oubliez pas de garder contact avec vos amis et les membres de votre famille.

Premiers intervenants

Répondre aux catastrophes est à la fois un travail gratifiant et difficile.

Répondre à COVID-19 peut avoir des conséquences émotionnelles, en particulier si vous êtes témoin de souffrance humaine, de risques de préjudice personnel, de charges de travail intenses, de décisions de vie ou de mort et de séparation de votre famille. Cependant, vous pouvez faire certaines choses pour réduire les réactions au stress post traumatique  :

  • Reconnaissez que le stress post traumatique peut avoir un impact sur quiconque aide les autres après un événement traumatisant.
  • Apprenez les symptômes, notamment physiques (fatigue, maladie) et mentaux (peur, retrait, culpabilité).
  • Prévoyez du temps pour vous et votre famille pour récupérer de la réponse à la pandémie.
  • Prévoyez un ensemble d’activités de bien être comme passer du temps de qualité avec des amis et la famille, faire de l’exercice ou lire un livre.
  • Faites une pause dans la couverture médiatique de l’épidémie de coronavirus.
  • Demandez de l’aide si vous sentez que vous souffrez d’épuisement professionnel, en d’autres termes si vous êtes dépassés ou préoccupés par le fait que COVID-19 affecte votre capacité à prendre soin de votre famille ou de vos patients comme vous le faisiez avant l’épidémie.

PERSONNES LIBÉRÉES DE LA QUARANTAINE

Comme de nombreuses personnes à travers le monde connaissent une distanciation sociale, une auto-quarantaine ou une quarantaine obligatoire, on s’attend à ce que le manque d’interaction et d’isolement puisse avoir un impact sur la santé mentale.

Selon l’Anxiety and Depression Association of America, voici quelques conseils qui pourraient vous aider à survivre à des pensées négatives en spirale sur cette période incertaine pendant que vous êtes à l’intérieur “enfermés” pendant une période prolongée.

  • Repenser “Je suis coincé à l’intérieur” en “Je peux enfin me concentrer sur ma maison et sur moi-même”
  • Restez proche de votre routine normale en conservant un semblant de structure de vos jours de pré-quarantaine
  • Évitez d’être obsédé par une couverture de coronavirus sans fin
  • Une maison chaotique peut conduire à un esprit chaotique, alors essayez de garder votre maison organisée, prévisible et bien rangée
  • Commencez un nouveau rituel de quarantaine
  • Utilisez les soins de santé virtuels comme option pour parler à un professionnel si votre anxiété devient ingérable.

Être séparé des autres si vous avez été exposé ou si vous pensez avoir été exposé à COVID-19 peut être stressant, même si vous ne tombez pas malade. Cependant, certains de ces sentiments pourraient encore être ressentis même après être sorti de la quarantaine :

  • Émotions mitigées, y compris le soulagement après la quarantaine
  • Peur et inquiétude pour votre propre santé et celle de vos proches
  • Stress lié à l’expérience de vous surveiller ou d’être surveillé par d’autres pour détecter les signes et symptômes de COVID-19
  • Tristesse, colère ou frustration parce que des amis ou des proches ont des craintes infondées de contracter la maladie à votre contact, même si vous avez été déterminé à ne pas être contagieux
  • Culpabilité de ne pas être en mesure d’accomplir un travail normal ou des tâches parentales pendant la quarantaine
  • Autres changements affectifs ou de santé mentale

Il est également très important que les personnes ayant des problèmes de santé mentale préexistants poursuivent leur traitement et être conscients des symptômes nouveaux ou qui s’aggravent.

Comment here