Allergie au soleil : Symptômes et traitements

Une allergie au soleil est une réaction du système immunitaire à la lumière du soleil, le plus souvent, une éruption cutanée rouge qui démange. Les endroits les plus communs incluent le «V» du cou, le dos des mains, la surface extérieure des bras et les jambes inférieures. Dans de rares cas, la réaction cutanée peut être plus grave, produisant de l’urticaire ou de petites cloques qui peuvent même se propager sur toute la peau même dans les zones couvertes.

Les allergies au soleil sont déclenchées par les changements qui se produisent quand la peau est exposée au soleil. On ne sait pas pourquoi le corps développe cette réaction. Cependant, le système immunitaire reconnaît certains composants de la peau altérée par le soleil comme «étrangers», et le corps active ses défenses immunitaires contre eux. Cela produit une réaction allergique qui prend la forme d’une éruption cutanée, de petites cloques ou, rarement, d’un autre type d’éruption cutanée.

Les allergies au soleil se produisent seulement chez certaines personnes sensibles, et dans certains cas, elles peuvent être déclenchées par seulement quelques brefs moments d’exposition au soleil. Les scientifiques ne savent pas exactement pourquoi certaines personnes développent une allergie au soleil et d’autres pas. Il existe cependant des preuves que certaines formes d’allergie au soleil sont héréditaires.

Quelques-uns des types les plus courants d’allergie au soleil :

  • Éruption de lumière polymorphe (PMLE)– Le PMLE, qui apparaît habituellement comme une éruption cutanée prurigineuse sur la peau exposée au soleil, est le deuxième problème de peau lié au soleil le plus souvent observé par les médecins, après un coup de soleil ordinaire. Il se produit dans environ 10% à 15% des cas, affectant les personnes de toutes races et origines ethniques. Les femmes sont plus souvent touchées par l’EIPM ​​que les hommes, et les symptômes commencent généralement au cours de la vie adulte. Dans les climats tempérés, PMLE est généralement rare en hiver, mais commun au printemps et en été. Dans de nombreux cas, l’éruption PMLE revient chaque printemps, immédiatement après que la personne commence à passer plus de temps à l’extérieur. À mesure que le printemps se transforme en été, l’exposition répétée au soleil peut rendre la personne moins sensible à la lumière du soleil et l’éruption cutanée peut disparaître complètement ou devenir moins sévère.
  • Prurigo actinique (PMLE héréditaire) – Cette forme héréditaire de PMLE survient chez les personnes d’origine indienne, y compris les populations amérindiennes de l’Amérique du Nord, du Sud et de l’Amérique centrale. Ses symptômes sont généralement plus intenses que ceux du PMLE classique, et ils commencent souvent plus tôt, pendant l’enfance ou l’adolescence. Plusieurs générations de la même famille peuvent avoir été touchés par cette forme.
  • Éruption photoallergique – Dans cette forme d’allergie au soleil, une réaction cutanée est déclenchée par l’effet de la lumière du soleil sur un produit chimique appliqué sur la peau (souvent un écran solaire, parfums, cosmétiques ou onguents antibiotiques) ou ingéré dans un médicament ( souvent un médicament photosensible). Les médicaments  courants qui peuvent causer une éruption photoallergique comprennent les antibiotiques (en particulier les tétracyclines et les sulfamides), les phénothiazines utilisées pour traiter les maladies psychiatriques, les diurétiques pour l’hypertension artérielle et l’insuffisance cardiaque, et certains contraceptifs oraux. La Food and Drug Administration des États-Unis (FDA) a également lié certains cas de réaction photoallergique aux analgésiques sans ordonnance ibuprofène (Advil, Motrin et autres) et au naproxène sodique (Aleve, Naprosyn et autres).
  • Urticaire solaire – Cette forme d’allergie au soleil produit de l’urticaire (démangeaisons, bosses rouges) sur la peau exposée au soleil. C’est une maladie rare qui affecte le plus souvent les jeunes femmes.

Symptômes de l’allergie au soleil

Les symptômes varient en fonction du type spécifique d’allergie au soleil :

  • PMLE –  produit généralement une démangeaison ou une éruption cutanée brûlante dans les deux premières heures après l’exposition au soleil. L’éruption apparaît généralement sur les parties exposées du soleil du cou, de la partie supérieure de la poitrine, des bras et des jambes. De plus, il peut y avoir une à deux heures de frissons, de maux de tête, de nausée et de malaise (une sensation de malaise général). Dans de rares cas, le PMLE peut éclater sous forme de plaques rouges (zones plates et surélevées), de petites cloques remplies de liquide ou de minuscules zones de saignement sous la peau.
  • Prurigo actinique (PMLE héréditaire) – Les symptômes sont similaires à ceux du PMLE, mais ils sont généralement concentrés sur le visage, en particulier autour des lèvres.
  • Éruption photoallergique – Cela provoque généralement soit une éruption cutanée rouge ou des petites cloques. Dans certains cas, l’éruption cutanée s’étend également à la peau couverte de vêtements. Parce que l’éruption photoallergique est une forme de réaction d’hypersensibilité retardée, les symptômes cutanés peuvent ne pas commencer avant un à deux jours après l’exposition au soleil.
  • Urticaire solaire – Les urticaires apparaissent généralement sur la peau non couverte dans les minutes suivant l’exposition au soleil.

Diagnostic de l’allergie solaire

Si vous présentez des symptômes légers de PMLE, vous pourrez peut-être diagnostiquer vous-même le problème en vous posant les questions suivantes:

  • Est-ce que j’ai une éruption cutanée avec démangeaisons qui n’apparaît que sur une peau exposée au soleil?
  • Est-ce que mon éruption commence toujours dans les deux heures suivant l’exposition au soleil?
  • Est-ce que mes symptômes apparaissent d’abord au début du printemps, puis deviennent graduellement moins sévères (ou disparaissent) dans les jours ou les semaines qui suivent?

Si vous pouvez répondre «oui» à toutes ces questions, alors vous pourriez avoir un PMLE léger.

Si vous avez des symptômes plus sévères liés au soleil – en particulier de l’urticaire, des ampoules ou de petites zones de saignement sous la peau – votre médecin devra établir un diagnostic. Dans la plupart des cas, votre médecin peut confirmer que vous souffrez de PMLE ou de prurigo actinique selon vos symptômes, vos antécédents médicaux, vos antécédents familiaux (en particulier l’ascendance amérindienne) et un simple examen de votre peau. Parfois, des tests supplémentaires peuvent être nécessaires, notamment:

  • Une biopsie cutanée, dans laquelle un petit morceau de peau est prélevé et examiné dans un laboratoire
  • Des tests sanguins pour exclure le lupus érythémateux systémique (SLE ou lupus) ou le lupus érythémateux discoïde systémique
  • Photo-test, dans lequel une petite zone de votre peau est exposée à des quantités mesurées de lumière ultraviolette – Si vos symptômes cutanés apparaissent après cette exposition, le test confirme que votre éruption cutanée est liée au soleil.

Si vous avez des symptômes d’éruption photoallergique, le diagnostic peut nécessiter plus d’investigations. Votre médecin commencera par examiner vos médicaments actuels ainsi que les lotions pour la peau, les écrans solaires ou les parfums que vous utilisez. Le médecin peut vous suggérer de passer temporairement à un autre médicament ou d’éliminer certains produits de soins de la peau pour voir si cela atténue les symptômes de votre peau. Si nécessaire, votre médecin vous référera à un dermatologue, un médecin spécialisé dans les troubles de la peau. Le dermatologue peut faire des tests photopatch, une procédure de diagnostic qui expose une petite zone de votre peau à une combinaison de lumière ultraviolette et une petite quantité de produit chimique d’essai, généralement un médicament ou un ingrédient dans un produit de soins de la peau.

Si vous présentez des symptômes d’urticaire solaire, votre médecin peut confirmer le diagnostic en effectuant des phototests pour reproduire vos symptômes.

La durée prévue

La durée de la réaction dépend du type d’allergie au soleil:

  • PMLE – Les éruptions cutanées de PMLE disparaissent habituellement dans les deux à trois jours si vous évitez toute autre exposition au soleil. Au cours du printemps et de l’été, l’exposition répétée au soleil peut produire un durcissement, une diminution naturelle de la sensibilité de la peau à la lumière du soleil. Chez certains individus, le durcissement se développe après seulement quelques jours d’exposition au soleil, mais dans d’autres cela prend plusieurs semaines.
  • Prurigo actinique (PMLE héréditaire) – Dans les climats tempérés, le prurigo actinique suit un schéma saisonnier similaire au PMLE classique. Cependant, dans les climats tropicaux, les symptômes peuvent persister toute l’année.
  • Éruption photoallergique – La durée est imprévisible. Cependant, dans la plupart des cas, les symptômes cutanés disparaissent après que le produit chimique incriminé a été identifié et n’est plus utilisé.
  • Urticaire solaire – Les urticaires se fanent généralement dans les 30 minutes à deux heures. Cependant, ils reviennent généralement lorsque la peau est à nouveau exposée au soleil.

La prévention

Pour aider à prévenir les symptômes d’une allergie au soleil, vous devez protéger votre peau contre l’exposition au soleil. Essayez les suggestions suivantes:

  • Avant d’aller à l’extérieur, appliquez un écran solaire qui a un facteur de protection solaire (SPF) d’au moins 15 ou plus, avec un large spectre de protection contre les rayons ultraviolets A et ultraviolets B.
  • Utilisez un écran solaire sur vos lèvres. Choisissez un produit spécialement formulé pour les lèvres, avec un FPS de 20 ou plus.
  • Limitez votre temps à l’extérieur lorsque le soleil est à son apogée – dans la plupart des régions de 10 h à 15 h environ.
  • Portez des lunettes de soleil avec protection contre la lumière ultraviolette.
  • Porter un pantalon long, une chemise à manches longues et un chapeau à large bord.
  • Soyez conscient des produits de soins de la peau et des médicaments qui peuvent déclencher une éruption photoallergique. Ceux-ci comprennent certains antibiotiques et pilules contraceptives orales, ainsi que des médicaments photosensibles qui sont utilisés pour traiter les maladies psychiatriques, l’hypertension artérielle et l’insuffisance cardiaque. Si vous prenez un médicament et que vous passez généralement beaucoup de temps à l’extérieur, demandez à votre médecin si vous devez prendre des précautions spéciales pour éviter l’exposition au soleil pendant que vous prenez le médicament.

Traitement

Si vous êtes allergique au soleil, votre traitement doit toujours commencer par les stratégies décrites dans la section Prévention. Ceux-ci réduiront votre exposition au soleil et empêcheront que vos symptômes s’aggravent. D’autres traitements dépendent du type spécifique d’allergie au soleil:

  • PMLE– Pour les symptômes bénins, appliquez des compresses froides (comme un gant de toilette frais et humide) sur les zones d’éruption cutanée qui démangent, ou vaporisez votre peau avec des vaporisations d’eau fraîche. Vous pouvez également essayer un antihistaminique oral (par voie orale) sans ordonnance – comme diphenhydramine ou chlorphéniramine (tous deux vendus sous plusieurs noms de marque) – pour soulager les démangeaisons, ou une crème contenant de la cortisone. Pour les symptômes plus graves, votre médecin peut vous suggérer un antihistaminique oral ou une crème corticostéroïde. Si ces remèdes ne sont pas efficaces, votre médecin peut vous prescrire une photothérapie, un traitement qui produit un durcissement en exposant progressivement votre peau à des doses croissantes de lumière ultraviolette dans le cabinet de votre médecin. Dans de nombreux cas, cinq expositions à la lumière ultraviolette sont données par semaine sur une période de trois semaines. Si la photothérapie standard échoue, votre médecin peut essayer une combinaison de psoralène et de lumière ultraviolette appelée PUVA; les médicaments antipaludiques; ou des comprimés de bêta-carotène.
  • Prurigo actinique (PMLE héréditaire) – Les options de traitement comprennent les corticostéroïdes, la thalidomide (Thalomid), la PUVA, les antipaludéens et le bêta-carotène.
  • Éruption photoallergique – Le premier objectif du traitement est d’identifier et d’éliminer le médicament ou le produit de soin qui déclenche la réaction allergique. Les symptômes cutanés peuvent généralement être traités avec une crème corticostéroïde.
  • Urticaire solaire – Pour les formes légères, vous pouvez essayer un antihistaminique oral sans ordonnance pour soulager les démangeaisons, ou une crème anti-démangeaisons pour la peau contenant de la cortisone. Pour les cas plus sévères, votre médecin peut vous suggérer un antihistaminique ou une crème corticostéroïde. Dans les cas extrêmes, votre médecin peut vous prescrire une photothérapie, une PUVA ou un antipaludique.

Quand consulter un médecin ?

Appelez votre médecin ou un dermatologue si vous avez:

  • Une éruption cutanée qui démange qui ne répond pas aux traitements en vente libre
  • Une éruption cutanée qui touche de grandes parties de votre corps, y compris des parties recouvertes de vêtements
  • Une éruption persistante qui couvre les zones du visage exposées au soleil, surtout si vous êtes une femme
  • Saignement anormal sous la peau dans les zones exposées au soleil

Appelez pour une aide d’urgence immédiatement si vous développez soudainement de l’urticaire avec un gonflement autour des yeux ou des lèvres, des évanouissements ou des difficultés à respirer ou à avaler. Ceux-ci peuvent être des signes d’une réaction allergique potentiellement mortelle.

Évolution de l’allergie au soleil

Si vous avez une allergie au soleil, les perspectives sont généralement très bonnes, surtout si vous utilisez systématiquement des écrans solaires et des vêtements de protection. La plupart des personnes atteintes de PMLE ou de prurigo actinique s’améliorent significativement dans les cinq à sept ans suivant le diagnostic, et presque toutes les personnes atteintes d’éruption photoallergique peuvent être guéries en évitant le produit chimique spécifique qui déclenche l’allergie au soleil.

De toutes les formes d’allergie au soleil, l’urticaire solaire est celle qui est le plus susceptible d’être un problème à long terme. Cependant, chez certaines personnes, elle finit par disparaître.

Boukhris Najla

Psychologue et consultante en webmarketing.

Laisser un commentaire