Qu’est-ce que le développement holistique dans la petite enfance ?

Le développement holistique dans la petite enfance concerne un éventail de facteurs beaucoup plus large que le simple développement physiologique normal des compétences et des connaissances chez les jeunes enfants. De nombreux facteurs, tels que les environnements sociaux et culturels, les environnements physiques et les croyances spirituelles des parents et des personnes qui s’occupent de l’enfant influencent tous le développement de la petite enfance. Des problèmes tels que la pauvreté, l’exposition à des maladies ou à des agents pathogènes, des soins prénatals appropriés et l’éducation des parents, des troubles politiques ou civils et d’autres conditions affectent le développement des enfants dans leur petite enfance. Les communautés, les agences gouvernementales, les parents et les éducateurs jouent un rôle important en encourageant le développement holistique par le biais de programmes, de services et d’initiatives éducatives.

Pour comprendre le développement holistique dans la petite enfance, il est d’abord nécessaire de comprendre ce qui constitue la petite enfance. De nombreux professionnels considèrent que cette étape commence pendant la grossesse et se poursuit jusqu’à ce que l’enfant atteigne l’âge scolaire. D’autres professionnels considèrent qu’il s’agit de la période allant de la  naissance jusqu’à l’âge de huit ans. Indépendamment de la tranche d’âge spécifique, le développement de la petite enfance représente une période de changements physiques, psychologiques et cognitifs considérables, qui peuvent être grandement affectés par des facteurs internes et externes.

Les jeunes enfants suivent généralement une voie normale de développement physiologique: apprendre à s’asseoir, à ramper, à marcher, à reconnaître les personnes et les objets, à modifier les conditions de leur environnement et à résoudre leurs problèmes. Au fur et à mesure que l’enfant se développe, il apprend également à communiquer, à respecter les limites et à naviguer dans le monde qui l’entoure. Des influences extérieures, telles que la disponibilité des soins prénatals et l’accès aux soins de base après la naissance, peuvent grandement influer sur la facilité avec laquelle un enfant passe d’un stade de développement physiologique à un autre. Le manque d’eau potable, par exemple, affecte le développement cognitif d’un enfant. Une éducation médiocre des jeunes parents peut entraîner une négligence inutile et l’absence des liens affectifs importants qui aident un enfant à atteindre son plein potentiel d’apprentissage plus tard dans la vie.

En adoptant une approche holistique du développement de la petite enfance, les parents, les éducateurs et les dirigeants de la communauté aident les enfants à atteindre leur plein potentiel au cours de leurs premières années formatrices. Les influences extérieures affectent non seulement le développement physique de l’enfant, mais également son développement affectif et social. Tous ces facteurs doivent être pris en compte pour que les enfants aient les meilleures chances possibles de réussir dans l’avenir, avec toutes leurs capacités physiques et cognitives, leur bonne santé émotionnelle et des opportunités d’éducation efficaces.

Boukhris Najla

Psychologue et consultante en webmarketing.

Laisser un commentaire