Psychiatrie

Qu’est ce que la Schizophrénie paranoïde ?

Qu'est ce que la Schizophrénie paranoïde  ? 1
Qu'est ce que la Schizophrénie paranoïde  ? 2

Bien trop souvent, le terme «schizophrénie» est utilisé sans que l’utilisateur sache vraiment ce que signifie être schizophrène. Il s’agit d’une maladie mentale gravement invalidante. Et il existe de nombreux types de schizophrénie avec lesquels une personne peut être diagnostiquée. La schizophrénie paranoïde n’est qu’un exemple parmi d’autres, mais elle peut être débilitante. Si vous ou un proche en êtes atteint, vous devez savoir de quelle maladie il s’agit et en quoi  elle peut affecter votre vie. Avec les bonnes méthodes de traitement, il est possible de mener une vie presque normale. Cet article couvre certaines des questions de base que vous pourriez avoir.

Comprendre la schizophrénie de type paranoïde

La schizophrénie de type paranoïde est le sous-type de schizophrénie le plus courant; elle affecte environ 80% de tous les schizophrènes. Les personnes atteintes de ce type de troubles mentaux se révèlent souvent intelligentes ou compétentes lorsqu’elles ne présentent pas d’épisode psychotique. Les symptômes catatoniques, les troubles de la parole, les réactions émotionnelles inappropriées, une mémoire médiocre et des difficultés à prendre des décisions ne sont pas des symptômes importants de ce type. Au lieu de cela, de nombreux schizophrènes paranoïaques ont l’illusion de faire partie d’une mission spéciale ou d’être persécutés. Des hallucinations auditives peuvent menacer, donner des ordres ou se moquer du patient. Les patients peuvent être soudainement en colère, craintifs ou méfiants, apparemment sans raison réelle.

Pour diagnostiquer une schizophrénie de type paranoïaque, un professionnel de la santé mentale posera des questions sur les symptômes et les antécédents familiaux. Il cherchera les délires, les voix hallucinatoires et la paranoïa comme facteurs déterminants, en insistant moins sur les émotions aplaties, les problèmes de mémoire, les troubles de la parole et la prise de décision altérée. Les médecins chercheront à distinguer ces troubles de la pensée de la psychose et de l’épilepsie d’origine médicamenteuse. Généralement, il faut un à six mois pour poser officiellement un diagnostic. Parfois, les patients souffrent d’attaques psychotiques aiguës et entrent dans des périodes de rémission.

La schizophrénie de type paranoïde est différente des autres sous-types de schizophrénie. Par exemple, les patients atteints de schizophrénie de type catatonique peuvent rester assis dans un coin, le regard rivé, sans parler pendant des jours. Les schizophrènes paranoïaques, quant à eux, sont généralement plus anxieux et ont beaucoup à dire sur les complots à leur encontre et sur les «missions spéciales» qu’ils doivent accomplir. Les patients atteints de schizophrénie de type désorganisé ont généralement du mal à se laver, à se brosser les dents, à communiquer efficacement et à exprimer des émotions appropriées. D’autre part, les schizophrènes paranoïaques semblent autrement normaux mais explosent avec des mots ou des comportements excentriques soudains.

Traiter la schizophrénie de type paranoïaque est un défi car la grande majorité des patients ne pense pas être malade. Souvent, après avoir pris des médicaments antipsychotiques pendant six à neuf mois, les patients commencent soudain à comprendre la schizophrénie paranoïde et ce que cela signifie d’en être atteint. Souvent, les gens arrêtent de prendre leurs médicaments parce qu’ils se «sentent mieux». Pourtant, si les patients continuent à suivre un traitement, ils ont de bonnes chances de pouvoir vivre de manière autonome, de terminer leurs études, de travailler et de maintenir des relations. Cependant, certains traitements ont des effets secondaires qui peuvent engendrer d’autres problèmes assez sérieux.

Signes et causes de la schizophrénie paranoïde

Les signes et les causes initiaux de la schizophrénie paranoïaque peuvent être difficiles à déterminer. Au début, l’individu peut se sentir confus, nerveux, en colère, argumentatif et indécis. Il ou elle peut changer d’habitudes alimentaires, de sommeil et d’hygiène. Ensuite, les délires ou les hallucinations peuvent commencer. Le schizophrène paranoïaque a souvent l’impression que des gens complotent contre lui.

Alors que la génétique joue sans aucun doute un rôle dans les signes et les causes de la schizophrénie paranoïaque, les chercheurs estiment qu’il existe une myriade de facteurs pour expliquer pourquoi certains membres de la famille peuvent avoir une personnalité paranoïaque, d’autres pas. Une équipe internationale de scientifiques de l’Institut de recherche médicale du Queensland et de l’Université d’Edimbourg a découvert que 4% des patients bipolaires et 2% des schizophrènes présentaient une anomalie dans leur ADN, le gène ABCA-13 en particulier. Ce gène, situé dans le centre de la mémoire de l’hippocampe et dans le cortex du cerveau, pourrait être impliqué.

Les déséquilibres chimiques dans les neurotransmetteurs, les protéines et les acides aminés jouent également un rôle, mais on ignore ce qui pousse le cerveau à se retourner contre lui-même. La cause et les signes de la schizophrénie paranoïde ont été attribués à la dopamine et au glutamate. Les chercheurs pensent que la dopamine inonde la voie mésolimbique du cerveau, provoquant des symptômes psychotiques, bien que l’on ne sache pas ce qui déclenche la libération. Les scientifiques ont également proposé que l’activation des récepteurs D2 soit à l’origine de la schizophrénie. Un grand nombre de nouveaux médicaments antipsychotiques ont une incidence sur le fonctionnement de la dopamine et de la sératonine dans le cerveau. Les cerveaux des schizophrènes présentent souvent une fonction réduite du récepteur NMDA du glutamate.

Le problème de la compréhension des signes et des causes de la schizophrénie paranoïde est qu’il n’y a pas de cause claire et universelle. La composition neurochimique, les facteurs environnementaux et le code génétique des personnes souffrant de schizophrénie paranoïde varient considérablement d’une personne à l’autre. Les chercheurs espèrent découvrir les causes de la schizophrénie afin de pouvoir dépister le trouble, proposer des stratégies d’intervention précoce et mieux comprendre les causes de ce trouble débilitant.

Quels sont les traitements pour la schizophrénie paranoïde ?

Il existe plusieurs types de traitements pour les personnes souffrant de schizophrénie paranoïde. Souvent, il faut une combinaison de plusieurs types de traitement afin de trouver la combinaison qui fonctionne le mieux. Et vous devez comprendre qu’il s’agit d’un processus qui dure toute la vie et qui est souvent ajusté à différents moments. Il n’y a pas de remède mais il existe des moyens de faire face à la maladie. Les médicaments prescrits par un psychiatre sont la première méthode de traitement, mais ils ne fonctionnent pas seuls. Il existe également des traitements tels que la thérapie électroconvulsive. Si la personne touchée passe par un épisode dangereux, elle devra peut-être aussi être hospitalisée pour une surveillance le temps que les médicaments et la thérapie donnent leurs effets.

Est-ce que la thérapie fonctionne vraiment pour les personnes atteintes de schizophrénie paranoïde ?

Croyez-le ou non, une thérapie aide à lutter contre toutes les maladies mentales. La schizophrénie paranoïde n’est pas différente et en fait, il faut une combinaison de psychiatrie et de thérapie, ainsi que de médicaments, pour aider une personne à traiter sa maladie mentale. La thérapie permet au patient de parler de ce qu’il vit et d’entendre éventuellement les solutions du thérapeute sur la façon d’ajuster sa vie de manière à pouvoir vivre avec sa maladie sans la laisser se poursuivre.

Si une personne est diagnostiquée avec la schizophrénie paranoïaque, peuvent-elle mener une vie normale?

Oui, très certainement une personne diagnostiquée avec la schizophrénie paranoïde peut vivre une vie normale. Mais pour que cela se produise, il faut du temps, des expérimentations avec des médicaments et une thérapie. La plupart des schizophrènes paranoïaques ne peuvent le faire seuls. Ils ont besoin d’une équipe de professionnels et de proches qui les aident à traverser les moments difficiles. Cela peut signifier une hospitalisation afin de réglementer les médicaments et faire un suivi auprès des groupes sociaux traitant de la schizophrénie. Cela signifie également disposer d’un entourage solide pour les aider lorsqu’ils ont des difficultés ou qu’ils ont du mal à s’adapter.

[otw_shortcode_button href= »https://psychologie-sante.tn/category/annuaire-psychiatres-rendez-vous-rapide-en-ligne/ » size= »large » icon_type= »general foundicon-phone » icon_position= »left » shape= »square » target= »_blank »]Consulter un psychiatre en Tunisie[/otw_shortcode_button]

Comment here