Remèdes naturels

Le millepertuis, antidépresseur naturel : Risques et dangers

Le millepertuis, antidépresseur naturel : Risques et dangers
Le millepertuis, antidépresseur naturel : Risques et dangers
Le millepertuis, antidépresseur naturel : Risques et dangers

Le millepertuis est une plante herbacée vivace aromatique de la famille des hypéricacées. L’Hypericum Perforatum (son nom botanique), était officiellement inscrit dans la pharmacopée française jusqu’au début du 19ème, puis tomba dans l’oubli jusqu’à ce que la pharmacologie moderne redécouvre ses propriétés. En Allemagne, le millepertuis est considéré depuis 1984 comme un antidépresseur et délivré sur ordonnance. Il bénéficie désormais en France d’une Autorisation de Mise sur le Marché des autorités sanitaires pour ses propriétés. L’Organisation Mondiale pour la Santé reconnaît reconnaît également son efficacité dans le traitement de la dépression légère à modérée.

Une efficacité scientifiquement prouvée dans le traitement des symptômes modérés ou aigus de dépression

“Dans l’ensemble, nous avons constaté que des extraits de millepertuis avaient une efficacité supérieure aux placebos et égale aux antidépresseurs, avec moins d’effets secondaires”, affirme Klaus Linde, coordonateur de l’étude allemande menée par le Center for Complementary Medecine Research de Munich. Les 29 études analysées impliquaient 5489 personnes présentant des symptômes de la dépression majeure.
Dans toutes ces études,la sévérité des symptômes étaient évaluée au moyen de l’Échelle de dépression de Hamilton. Les doses d’extraits de millepertuis utilisées variaient entre 500 et 1200 mg. Le millepertuis s’avérait statistiquement plus efficace que les placébos, et aussi efficace que les antidépresseurs de synthèse pour traiter la dépression majeure de sévérité légère à modérée. En outre, il provoquait moins d’effets secondaires par rapport aux médications classiques (- 45%, notamment sur le système gastro-intestinal), et diminuait les risques de rechute.

Dans une autre étude allemande, les chercheurs du groupe pharmaceutique Schwabe ont recruté 244 personnes atteintes de dépression majeure, dans 21 cliniques psychiatriques d’Allemagne. Pendant six semaines, la moitié des sujets ont pris quotidiennement un extrait standardisé de millepertuis. Les autres participants recevaient chaque jour un comprimé de paroxetine (un antidépresseur de référence commercialisée sous le nom de Praxil).
En tout, 71 % des patients du groupe traité avec l’extrait de millepertuis et 60 % de ceux du groupe prenant la paroxetine ont vu leurs symptômes diminuer de 50 %. Par ailleurs, 50 % des sujets du premier groupe (millepertuis) et 35 % de ceux du deuxième groupe (Paroxetine) auraient connu une rémission. Il est vrai que les pays de langue allemande ont une longue tradition du millepertuis qui y est souvent prescrit par les médecins. Mais ces résultats confirment ceux d’une étude française menée en 2002 auprès de 375 personnes atteintes de dépression majeure, qui comparait l’effet du millepertuis à un placebo.

Une plante à utiliser avec mêmes précautions qu’un médicament

Le millepertuis permet notamment de lutter contre les dépressions réactionnelles, c’est à dire liées à une situation matérielle ou affective difficile. La qualité du sommeil est améliorée, le stress et l’anxiété sensiblement atténués.

Cela étant, les résultats des études scientifiques ne concernant que les dépressions légères à modérée, il est indispensable de consulter un spécialiste afin d’évaluer l’importance des symptômes de proposer la prise en charge adaptée. L’automédication à l’aveuglette est donc déconseillée car même s’il s’agit de phytothérapie, le millepertuis est réservé à l’adulte et doit être utilisé selon une posologie précise. Il comporte des contre-indications.
Par exemple, il ne doit être associé que sur avis à certains médicaments utilisés contre l’insuffisance cardiaque, l’asthme, certains antiviraux ou anticoagulants, et les antidépresseurs de type Prozac ; il présente un risque de diminution de l’efficacité des contraceptifs féminins.

Les effets secondaires du millepertuis

Par ailleurs, les effets secondaires possibles du millepertuis seraient une photosensibilité (sensibilité accrue à la lumière du soleil pouvant entraîner coups de soleil, éruptions cutanées, maux de tête, fatigue), une sécheresse de la bouche, des nausées bénignes, des étourdissements et de la confusion. Il est enfin recommandé de diminuer progressivement les dosages durant une à deux semaines pour éviter un possible syndrome de sevrage dans le cas d’un arrêt du traitement. Comme avec un antidépresseur.

 

Lorsqu’il est pris par voie orale : le millepertuis est PROBABLEMENT SÛR lorsqu’il est pris par voie orale pendant jusqu’à 12 semaines. Certaines preuves montrent même qu’il peut être utilisé en toute sécurité pendant plus d’un an. Cela peut provoquer des effets secondaires tels que des troubles du sommeil, des rêves vifs, des difficultés à rester assis, de la nervosité, de l’irritabilité, des maux d’estomac, de la fatigue, une bouche sèche, des étourdissements, des maux de tête, des éruptions cutanées, de la diarrhée et des picotements cutanés. Prenez le millepertuis le matin ou diminuez la dose s’il semble causer des problèmes de sommeil.

Le millepertuis est POSSIBLEMENT DANGEREUX lorsqu’il est pris par voie orale à fortes doses. Il peut provoquer des réactions cutanées sévères à l’exposition au soleil. Les femmes peuvent présenter un risque de réactions cutanées sévères même aux doses habituelles de millepertuis. Portez un écran solaire à l’extérieur, surtout si vous avez la peau claire.

Lorsqu’il est appliqué sur la peau : il n’y a pas suffisamment d’informations fiables disponibles pour savoir si le millepertuis est sans danger lorsqu’il est appliqué sur la peau. Le millepertuis peut provoquer de graves réactions cutanées à l’exposition au soleil.

Précautions spéciales et avertissements:

Grossesse et allaitement : le millepertuis est POSSIBLEMENT DANGEREUX lorsqu’il est pris par voie orale pendant la grossesse. Il existe des preuves qu’il peut provoquer des malformations congénitales chez les rats à naître. Personne ne sait encore s’il a le même effet chez les humains à naître.

Maladie d’Alzheimer : On craint que le millepertuis ne contribue à la démence chez les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Anesthésie: L’utilisation de l’anesthésie chez les personnes qui ont utilisé du millepertuis pendant 6 mois peut entraîner de graves complications cardiaques pendant la chirurgie. Arrêtez d’utiliser le millepertuis au moins 2 semaines avant une chirurgie programmée.

Trouble de déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH) : On craint que le millepertuis n’aggrave les symptômes du TDAH, en particulier chez les personnes prenant le méthylphénidate pour le TDAH.

Trouble bipolaire : Les personnes atteintes de trouble bipolaire font un cycle entre dépression et manie, un état marqué par une activité physique excessive et un comportement impulsif. Le millepertuis peut provoquer la manie chez ces personnes et peut également accélérer le cycle entre la dépression et la manie.

La dépression: Chez les personnes souffrant de dépression majeure, le millepertuis peut provoquer la manie, un état marqué par une activité physique excessive et un comportement impulsif.

Infertilité : On craint que le millepertuis n’interfère avec la conception d’un enfant. Si vous essayez de concevoir, n’utilisez pas de millepertuis, surtout si vous avez des problèmes de fertilité connus.

Schizophrénie : le millepertuis peut provoquer une psychose chez certaines personnes atteintes de schizophrénie.

Chirurgie : le millepertuis peut affecter les niveaux de sérotonine dans le cerveau et par conséquent interférer avec les procédures chirurgicales. Arrêtez d’utiliser le millepertuis au moins deux semaines avant une chirurgie programmée.

 

 

Comment here