Orthopédie

L’arthrose du pouce : la rhizarthrose

L'arthrose du pouce : la rhizarthrose

On la trouve le plus souvent chez les femmes actives. L’arthrose du pouce se traite par des médicaments et par la chirurgie.

Qu’est ce que l’arthrose du pouce ? Explications

L'arthrose du pouce : la rhizarthrose
L’arthrose du pouce : la rhizarthrose

Malheureusement l’arthrose du pouce touche à la fois les jeunes et les moins jeunes. Malgré tout, le point positif est que cette affection n’augmente pas en nombre de cas recensés mais plutôt en précocité. Ainsi, les femmes actives peuvent en souffrir dès 50 ans. En effet, ces dernières travaillent, font du sport et ont par conséquent plus de mal à supporter ces douleurs.

Lorsque les médicaments pour diminuer les sensations désagréables ne suffisent plus, il faut envisager la chirurgie. Ce qui consiste à mettre un implant ou une prothèse en fonction de l’état du pouce et de l’évolution de l’arthrose.

Les progrès chirurgicaux pour la prise en charge l’arthrose du pouce

Autrefois, le chirurgie était réservée aux personnes âgées qui ne supportaient plus les douleurs. L’opération consistait à enlever os ou tendons qui pouvaient être à l’origine du mal. Aujourd’hui, avec les progrès de la médecine, c’est l’os lui-même qui sert de prothèse, ce qui réduit considérablement les risques de complications. Cette nouvelles chirurgie s’adresse donc désormais à tout type de patient, même très jeune, avec un taux de satisfaction pouvant atteindre 90 %.

Attention à la reprise des activités impliquant le pouce

Au sortir de l’hôpital, les activités du quotidien se font facilement, il n’y a aucune rééducation, les activités peuvent être reprise sous un à deux mois. Mais il faut quand même préciser qu’après l’opération, la douleur ne se ressentant plus, les patients ont souvent tendance à utiliser leur pouce plus rapidement et plus fréquemment que ce qu’ils n’auraient dû le faire. Et cette imprudence peut conduire à une réopération. Et bien sûr, aucune chirurgie n’est anodine. Il faut donc mesurer les risques que peuvent comporter un retour à l’utilisation normale de son pouce. Reprendre doucement et tranquillement sont les mots d’ordre de la reprise post-opératoire.

Conclusion

L’arthrose du pouce s’appelle la rhizarthrose et elle touche environ 20 % de la population. Les femmes de moins de 50 ans peuvent en souffrir. Si l’affection est au départ assez silencieuse, elle peut rapidement se transformer en douleurs vives, difficultés de préhension voire même une déformation. Lorsque vous consultez, une réponse médicamenteuse (anti-inflammatoires) est apportée par votre médecin spécialiste. Puis, en fonction de l’évolution de l’affection, une orthèse ou des injections intra-articulaires d’acide hyaluronique peuvent être préconisées. Dans la plupart des cas, ces solutions suffisent à calmer les douleurs mais ne peuvent venir à bout des déformations et des enraidissement persistants

Comment here