Quel est le lien entre la maladie de Parkinson et la dystonie ?

quel-est-le-lien-entre-la-maladie-de-parkinson-et-la-dystonie

La maladie de Parkinson et la dystonie sont des troubles neurologiques qui nuisent à la capacité de contrôler ses mouvements. Il n’y a aucune cause connue et établie pour le développement de la maladie de Parkinson et de la dystonie ensemble. Il n’y a pas de remède pour l’une ou l’autre des pathologies, donc le traitement est généralement centré sur la prise en charge des symptômes. Souvent, les médicaments, la physiothérapie et, dans certains cas, la chirurgie sont utilisés pour ralentir la progression de la maladie et permettre un semblant de normalité au cours des premiers stades de la maladie de Parkinson.

La dystonie est considérée comme un trouble musculaire provenant du cerveau qui compromet sa capacité à contrôler ses mouvements musculaires. Douloureux dans sa manifestation, les spasmes associés à cette pathologie progressive peuvent se présenter de façon localisée ou dans plusieurs parties du corps simultanément. Affectant plus de 250 000 personnes aux États-Unis seulement, la dystonie ne fait pas de discrimination et peut affecter n’importe qui de n’importe quel âge. Les présentations les plus courantes de ce trouble progressif servent à accentuer les effets débilitants de la maladie de Parkinson.

Similaire à la dystonie, il n’y a pas de cause unique connue pour le développement de la maladie de Parkinson. Affectant sa capacité à contrôler ses mouvements physiques, cette condition progressive présente progressivement une réduction de la mobilité, de l’expression faciale et la parole. Bien qu’il n’y ait aucune cause connue pour le développement du trouble, il a été suggéré que divers facteurs environnementaux et génétiques peuvent contribuer à la manifestation des symptômes. Non seulement une exposition constante aux toxines environnementales, telles que les pesticides, peut entraîner une perte de la fonction musculaire, mais les déséquilibres chimiques, comme ceux provoqués par l’épuisement de la dopamine et les lésions nerveuses, peuvent également jouer un rôle clé dans le développement de la maladie.

En raison de l’apparition progressive du développement des symptômes, il n’existe aucun test définitif conçu pour diagnostiquer la maladie de Parkinson et la dystonie. La plupart des diagnostics sont effectués au moyen d’une évaluation approfondie des antécédents médicaux complets et de l’administration de divers examens neurologiques. Des critères établis peuvent également être utilisés pour déterminer si les symptômes correspondent à la progression structurée de la maladie de Parkinson et de la dystonie. Les critères comprennent souvent si l’individu présente au moins deux des signes révélateurs de la maladie, déterminant de quel côté du corps les symptômes se manifestent, et si son état s’améliore avec l’administration du médicament.

Les personnes atteintes de dystonie et de Parkinson développent souvent des problèmes psychologiques, y compris la dépression, des problèmes de contrôle de leurs fonctions corporelles et une altération de la fonction digestive, ce qui peut contribuer à la constipation régulière. Pendant les derniers stades de la maladie, les complications peuvent nuire à la capacité de mâcher et d’avaler, ce qui peut augmenter le risque d’étouffement. Souvent, les médicaments administrés pour ralentir la progression de la maladie de Parkinson et de la dystonie peuvent entraîner le développement d’insomnies, d’hallucinations et la persistance de mouvements involontaires, tels que des contractions musculaires.

L’apparition précoce des symptômes comprend souvent le développement de légers tremblements qui affectent les mains. Bien que la manifestation des symptômes varie généralement selon la présentation et le degré selon les individus, les signes communs incluent la rigidité musculaire, l’altération de la parole et l’incapacité à effectuer des mouvements automatiques, tels que le clignotement. De nombreuses personnes développent des formes légères de mobilité avec facultés affaiblies, telles que des bouffées de chaleur lorsqu’elles marchent, et peuvent avoir des moments où elles perdent leur équilibre. À mesure que la maladie progresse, les individus finissent par perdre leur capacité à parler, à rester mobiles et à contrôler leurs mouvements. Au cours des dernières étapes de la progression de la maladie, la cognition devient gravement compromise et la personne atteinte devient incapable de se déplacer volontairement.

En l’absence d’un remède, les médicaments et la thérapie physique sont fréquemment utilisés pour aider à la gestion des symptômes. L’utilisation de médicaments tels que les inhibiteurs de la MAO-B et les anticholinergiques peuvent être utilisés pour augmenter et réguler les niveaux de dopamine et gérer les manifestations physiques de la maladie de Parkinson et de la dystonie souvent présentes lors des premiers stades de développement de la maladie. Des médicaments supplémentaires, y compris la lévodopa, peuvent être administrés pour aider à soulager les symptômes de la maladie de Parkinson et de la dystonie. Malheureusement, à mesure que le trouble progresse, les médicaments perdent finalement leur efficacité en présence de symptômes plus prononcés.

La physiothérapie peut également être recommandée pour aider à ralentir la progression des symptômes initiaux de la maladie de Parkinson et de la dystonie. L’exercice régulier peut être efficace pour favoriser la mobilité et la fonction musculaire. Des thérapies supplémentaires peuvent être recommandées pour aider avec les dernières manifestations de la déficience, telles que celles qui peuvent affecter la parole et la cognition.

Pour certaines personnes, la chirurgie peut être une option pour ralentir la progression de la maladie. Au cours d’une procédure connue sous le nom de stimulation cérébrale profonde, une électrode est positionnée dans le cerveau pour réduire la proéminence et la fréquence des mouvements involontaires. Comme avec toute procédure médicale invasive, il existe des risques associés à la stimulation cérébrale profonde et ceux-ci devraient être discutés avec un neurologue qualifié avant de poursuivre cette option de traitement.

Boukhris Najla

Psychologue et consultante en webmarketing.

Laisser un commentaire