You are here
Accueil > Psychologie > Peur de l’abandon : 5 clés pour s’en libérer

Peur de l’abandon : 5 clés pour s’en libérer

Cet article a pour but de vous illustrer 5 clés concrètes qui s’appliquent dans le cadre de la guérison des 5 blessures qui empêchent d’être soi-même et plus particulièrement dans le cadre de la blessure émotionnelle d’abandon. Si vous découvrez tout juste la blessure d’abandon et que vous avez besoin de plus d’informations pour savoir comment fonctionne l’égo du dépendant , vous trouverez un autre article sur le sujet ici.  Pour résumer en quelques mots, l’égo du dépendant est le masque vous portez inconsciemment lorsque vous chercher à éviter ou vous protéger de la souffrance du sentiment d’abandon. La première étape pour vous en libérer est donc de devenir plus conscient de vos agissements motivés par peur de l’abandon, puis de mettre en pratique les 5 conseils qui suivent.

Peur de l’abandon et égo du dépendant : comment s’en libérer ?

Quand mettre en pratique les 5 exercices que je vous recommande en vidéo et ci-dessous? Au quotidien, ou quand vous sentez vos angoisses d’abandon ou votre peur de la solitude se manifester.

 

5 Clés pour se libérer de l’égo du dépendant – Carole Rinaldi (Vidéo 13mn)

 


 

CLÉ N°1- Prenez conscience des questions que vous vous posez et modifiez celles qui VOUS LIMITENT.

 

Sous influence de votre peur de l’abandon, il y a des questions qui ne font qu’augmenter vos angoisses et entretenir vos comportements limitants. Lesquelles?. Des questions comme:  « Pourquoi les autres m’abandonnent-ils?. Comment faire pour que les autres ne m’abandonnent pas? ». Autant de questions dont les réponses ne vous mèneront qu’au renforcement de vos croyances limitantes .

Lorsque vous repérez que vous êtes entrain de tourner en rond avec ce type de questions, essayez plutôt : « Comment être présent(e) pour moi-même maintenant? De quoi ai-je besoin dans le moment présent? ». Attendez-vous à ce qu’il soit normal, dans un premier temps, d’éprouver de la difficulté à répondre spontanément à cette question. Dans ces moments, rappelez-vous que ce n’est pas parce que les réponses ne viennent pas que « vous ne savez pas« . C’est simplement qu’il s’agit d’une nouvelle façon de vous questionner. Persévérez. C’est en vous posant ces nouvelles questions avec régularité et en acceptant de lâcher prise sur la venue instantanée des réponses, que celles-ci viendront naturellement au moment qui sera le bon.

 

CLÉ N°2- Évaluez en conscience le prix que vous payez EN AGISSANT PAR PEUR.

 

Jusqu’ici, par peur de l’abandon, vous avez fait au mieux de vos connaissances et de votre conscience pour vous protéger de revivre un nouvel abandon, sous une forme réelle ou perçue. Afin de vous assurer du soutien de la part d’autrui, votre égo vous a poussé à développer des comportements de dépendance affective, croyant inconsciemment que cette solution était la meilleure option pour vous éviter d’être abandonné à l’avenir.

Cette solution a t-elle porté ses fruits? Est-ce que le prix considérable que vous payez en acceptant de nier vos propres besoins pour l’attention d’autrui, vous a effectivement évité la souffrance ou la tristesse d’un nouvel abandon?.  N’avez-vous pas accepté d’oublier qui vous êtes au profit de personnes qui en ont finalement abusé ou profité?

La plupart des gens ne se rendent pas compte qu’ils font fausse route quand ils décident et agissent à partir de leurs peurs. Ils croient que les comportements qu’ils adoptent les sécurisent alors que c’est tout l’inverse : ils augmentent leur chance de s’attirer un nouvel abandon .(en savoir plus sur l’auto sabotage de la personnalité du dépendant).

En associant de la douleur aux comportements que vous adoptez par peur de l’abandon mais aussi en devenant conscients du prix que vous payez pour les résultats que vous obtenez dans chacune de vos catégories de Vie, vous trouverez davantage le courage d’oser vous respecter malgré la peur.

 

CLÉ N°3 – Avancez AVEC la peur.

 

Trop de personnes concernées par l’égo majoritaire du dépendant attendent de ne plus sentir la peur comme signe qu’il est temps de passer à l’action. Je vous conseille d’expérimenter l’exercice suivant qui consiste non pas à éliminer votre peur, ou attendre qu’elle passe, mais à savoir comment l’accueillir. Car peut-être n’était-elle pas la bonne stratégie pour guérir votre blessure d’abandon mais en attendant de faire autrement, elle fut un temps l’option la plus simple et accessible pour vous protéger. Donnez-vous le droit de ne pas avoir tout intégré des souffrances de votre passé et d’avoir aussi des limites. Cela fait de vous un être humain avant tout.

Plutôt que d’attendre de vous engager vers la vie que vous souhaitez vraiment, avec l’illusion qu’un jour vous ne ressentirez plus du tout de peurs, testez la formule suivante :

« Même si j’ai peur de (Complétez ici avec votre peur), parce j’ai cru que… (Notez ici les déductions ou intentions bienveillantes qui vous poussaient à adopter ce comportement), je choisis de…. (notez ici le désir qui vous anime vraiment libre de votre peur).

 

Exemple : 

« Même si  j’ai peur qu’on m’abandonne, parce que j’ai cru un temps que respecter mes besoins était agir comme une personne égoïste , je me choisis de me respecter pour mon plus grand bien et celui des autres« .

 

 

CLÉ N° 4- Découvrez les désirs cachés derrière vos peurs.

 

Trouvez un simple petit élastique de cuisine et portez-le à votre poignet. Faites le systématiquement claquer au cours d’une semaine lorsque vous vous surprenez à penser :  « J’ai peur qu’on me laisse tomber, j’ai peur d’être abandonné, je ne suis pas assez forte« .

Testez le jeu de systématiquement découvrir le vrai désir qui vous tient à coeur derrière votre peur. Remplacez alors vos pensées limitantes de la façon suivante : « J’ai le désir d’apprendre à être en contact sereinement avec mon intériorité. J’ai le désir d’apprendre à savourer pleinement des moments rien que pour moi« .

 

CLÉ N°5- N’acceptez plus D’ENTRETENIR VOS PENSÉES LIMITANTES.

 

Dans les moments où vous sentez que votre énergie chute et que vous êtes entrain, malgré tout, de donner du crédit à des pensées du type « Je ne suis pas assez bien« , « je ne suis pas capable« ,  Portez votre attention sur votre posture. Comment vous tenez-vous?. Comment respirez-vous?

 

Tentez de la modifier de la façon suivante et observez ce qu’il se passe :

 

Redressez-vous, ouvrez vos épaules, monter votre poitrine vers le plafond, inspirez à fond et expirez en soupirant. Refaites cela plusieurs fois en prenant soin de bien vous oxygéner. Fermez les yeux. Prenez le temps de vous remémorer et de vous replonger dans 3 souvenirs au minimum de victoire accomplie dans votre Vie. Souvenez-vous du challenge que vous avez rencontré et de l’énergie que vous aviez au moment de le traverser. Reprenez la même posture que vous aviez à ce moment là et parlez-vous exactement de la même façon qu’à cet instant là.

Votre physiologie et votre posture impactent vos pensées. Plus complexe donc de continuer à entretenir des pensées comme  « je ne suis pas assez tel que je suis » en acceptant de mettre votre focus sur 5, 15, 20 souvenirs qui existent déjà en vous et qui démontrent que vous savez être une personne pleine de force et de courage.


 

Autres ressources conseillées :

Aborder un sentiment d’abandon en thérapie.

Live sur les 5 blessures émotionnelles.

Facebook de Carole Rinaldi.

Boukhris Najla
Psychologue et consultante en webmarketing.

Laisser un commentaire

Top
error: Content is protected !!