You are here
Accueil > Featured > La vitamine B12

La vitamine B12

Généralités sur la vitamine B12

Ce composant est communément appelé cobalamine. Il est d’une importance capitale pour assurer toutes les fonctions du cerveau, du système nerveux et des caractéristiques sanguines normales. Ainsi, faisant partie des huit vitamines B, elle s’avère, comme les autres, indispensable au corps humain pour fonctionner correctement. Cette molécule a été synthétisée la première fois en 1972 par Robert Burns Woodward et Albert Eschenmoser.

Historique de la molécule

Au 19e siècle, Thomas Addison ou Michael Anton Biermer étudient le cas d’une anémie pernicieuse alors inédite car ce type de maladie n’impliquait jusqu’alors pas la mort du patient. De premières interrogations sont donc développées en tentant de trouver l’origine précise du décès du patient.

Mais ce n’est qu’en 1920 que les éminents scientifiques et médecins George Whipple, George Minot et William Murphy ont pu démontrer que des éléments présents dans le foie permettraient de lutter contre cette forme d’anémie. En effet, ils viennent de découvrir et de mettre en évidence le facteur intrinsèque, à savoir la vitamine B12 et son importance.

Cependant, ce n’est qu’en 1948 que les scientifiques dont Rikes, Brinks ainsi que L.Smith ont réussi a isoler cette molécule. Ils lui associent directement des propriétés anti-anémiques. Elle sera nommée B12 car elle ressemble aux autres membres de la famille des vitamines B. A partir de cette date, elle existe sous différentes formes à savoir la cyanocobalamine, l’hydroxocobalamine ou bien d’autres.

Caractéristiques de ce composant

Il est stocké dans l’organisme au niveau du foie et peut alors présenter des propriétés particulières car le foie peut préserver cet élément pendant plusieurs années afin de ne s’en servir que quand il en a besoin. Un apport régulier permettrait donc de garder ce taux toujours au même stade et garantir ainsi un bon fonctionnement de l’organisme à long terme.

 

Cette molécule essentielle est absorbée par l’intestin uniquement si elle est associée à du calcium qui permet alors de l’assimiler. De plus, la protéine synthétisée par le corps humain et nommée facteur intrinsèque permet sa digestion et l’orientation des éléments nécessaires vers les différents organes du corps.

Une autre partie de celle-ci est stockée dans le cerveau pour participer au maintien d’un système nerveux satisfaisant et le surplus est alors éliminé par la bile ou l’urée. Dans tous les cas, vu son importance, il faut toujours veiller à atteindre les taux recommandés selon l’âge et la santé physique de la personne. En effet, les problèmes liés à un manque ont été largement démontrés depuis le 19e siècle.

Qu’est-ce que l’anémie par carence en vitamine B12 ?

Cette forme d’anémie intervient en l’absence prolongée de cobalamine dans l’organisme. En effet, cette molécule intervient dans la formation des globules rouges et dans leur quantité. Un manque d’apport aurait alors pour conséquence d’engendrer une anémie davantage perçue chez les personnes âgées ou les personnes ne possédant pas un équilibre alimentaire sain.

Symptômes de la déficience

Les manifestations de cette maladie sont parfois difficiles à déceler et à diagnostiquer. Ils regroupent un changement de l’aspect de la peau avec une modification de la couleur mais également tous les éléments qui sont associées à une anémie classique à savoir fatigue excessive, des sensations de malaise et accélération du rythme cardiaque.

Sont associés à ces premiers signes, une modification très nette de l’appétit qui baisse de façon significative souvent associée à des troubles gastro-intestinaux apportant des nausées, des diarrhées ou des douleurs abdominales. D’autre part, la langue devient rouge et particulièrement sèche.

Si l’anémie est installée depuis longtemps, elle peut également générer des troubles neurologiques importants en limitant la motricité, ainsi que des problèmes de coordination, des pertes de mémoire répétées et une installation dans un état de démence.

Diagnostic de la maladie

Avant d’affirmer qu’il s’agit bien d’une anémie due à un déséquilibre, des analyses sanguines complètes sont effectuées. Au regard de celles-ci, on estime qu’il y a anémie en cas de diminution du nombre de globules blancs et rouges ainsi que des plaquettes. L’hématocrite s’en trouve également modifiée avec un volume de globules rouges inférieur à la normale mais avec une taille de chacun d’entre eux augmentée. Le sang possède également moins d’hémoglobine. L’apparence générale des globules blancs et des globules rouges est légèrement modifiée.

Afin de confirmer la thèse d’une anémie due à un manque d’un élément essentiel dans l’organisme on va également rechercher les taux de vitamine B12, d’acide folique et de fer. Si l’insuffisance est prouvée, un traitement adapté sera alors mis en place pour pallier à cette situation. Ceci peut être fait par le biais de l’alimentation ou par le biais d’un traitement médicamenteux précis.

Vu que ce type d’anémie s’installe très lentement, il est donc possible d’enrayer le phénomène très rapidement. En effet, dès les premiers jours de prise du traitement, on pourra noter une amélioration générale de l’état de santé et la disparition progressive des différents symptômes. Au bout de quelques semaines, le patient retrouve un état normal.

Carences et usages de la vitamine B12

Le manque de cette particule dans l’organisme humain peut conduire à de nombreux problèmes médicaux. Ainsi, les carences induisent un certain nombre de manifestations sur le corps qui va alors répondre à cette absence. Il sera alors pertinent d’analyser ses bienfaits et donc de dégager son rôle dans l’organisme.

Manifestation de l’insuffisance

Le manque de vitamine B12 se caractérise par un ensemble de signes aussi bien généraux, que neuropsychiques, hématologiques car modifient la consistance du sang et au niveau de la peau et des muqueuses. Son importance est donc indéniable pour tout individu.

Les signes généraux se manifestent par une fatigue importante souvent associée à un trouble alimentaire proche de l’anorexie. Une certaine perte de poids peut donc être également observée. Au niveau neuropsychique on voit apparaître des troubles du sommeil, des altérations de la mémoire et la venue d’une certaine irritabilité.

De nombreux troubles neurologiques peuvent être engendrés par cette absence tels que de nombreux troubles de la motricité. Au niveau psychique, l’ensemble de tous les symptômes peuvent s’accompagner d’une certaine dépression ou de confusions mentales.

Au niveau sanguin, elle va engendrer une anémie qui peut être importante avec une modification de la composition du sang et du nombre de globules ou de plaquettes. Au niveau de la peau et de muqueuses, on observe une altération de la langue qui devient rouge. La peau peut elle-même paraître plus pâle ou parfois jaunie à cause de l’anémie.

Indications thérapeutiques

Cette vitamine est utilisée pour lutter contre toutes formes d’anémie car cette molécule permet d’activer la formation de globules rouges. Elle est également utilisée pour prévenir les maladies cardio-vasculaires en l’associant avec les vitamines B6 et B9 qui ensemble vont permettre le bon fonctionnement de cet appareil.

Elle traite également les troubles de la croissance infantile mais possède également des vertus pour les personnes âgées car elle permet de combattre la débilité sénile en ayant une action tonifiante sur le cerveau. Elle prévient également les troubles de la mémoire.

Elle est également utilisée dans le sport en tant qu’anabolisant. En outre, elle est testée sur différents aspects du corps humain mais son efficacité requiert l’utilisation de fortes doses dont les effets secondaires ne sont pas toujours maîtrisés. Néanmoins, elle pourrait permettre d’atténuer certaines douleurs articulaires ou dorsales ainsi qu’elle semblerait en mesure d’améliorer les troubles visuels constatés chez les fumeurs. Elle serait également à l’origine d’un collyre entrant dans une recherche de solutions des problèmes de cornée.

Les apports recommandés pour la vitamine B12

Les professionnels de la santé s’accordent sur le fait que cette molécule est indispensable pour la santé des individus et notamment pour ses effets sur le système cardiaque et maintient une forme satisfaisante. Néanmoins, il est indispensable de connaître la proportion qui doit être ingérée par chacun pour répondre aux besoins.

Quantité nécessaire par catégorie d’âge

Cet aspect est essentiel car il permet de répondre aux besoins des personnes sans atteindre des seuils trop élevés. Ceux-ci se détaillent un microgramme ou millionième de gramme, ce qui constitue une quantité très faible.

Le besoin sera légèrement modifié en fonction du climat où se trouve la personne, de l’origine ethnique, de la forme physique de la personne ou encore du mode de vie de l’individu. Néanmoins, il est recommandé de suivre ces indications afin de ne pas risquer une carence qui peut avoir des conséquences importantes.

Âge de la personne Quantité en microgrammes
De 0 à 6 mois 4 µg
De 7 à 12 mois 5 µg
De 1 à 3 ans 7 µg
De 4 à 8 ans 9 µg
De 9 à 13 ans 1,8 µg
14 ans et plus 2,4 µg
Femmes enceintes 2,6 µg
Femmes qui allaitent 2,8 µg

On constate donc que le dosage nécessaire augmente proportionnellement à l’âge de l’individu. Seules les femmes qui portent un enfant doivent être vigilantes à leur taux de vitamine pendant toute la durée de la grossesse. De même, pendant l’allaitement, la quantité ingérée doit être augmentée pour pallier aux besoins de la mère à cette période car elle sera beaucoup plus fatiguée que d’ordinaire.

Un besoin journalier

Les quantités précitées sont entendues par jour c’est-à-dire que celles-ci doivent être atteintes dans ce laps de temps. Il s’agit alors d’ingérer suffisamment d’aliments riches en cette vitamine pour y parvenir. Ces quantités correspondent au minimum nécessaire et doivent donc constituer l’objectif à réaliser.

Cependant, quotidiennement, ce taux sera toujours à atteindre et doit donc devenir un réflexe dans son mode d’alimentation. Il s’agit alors de modifier légèrement son équilibre alimentaire pour y insérer des aliments intéressants pour leur type d’apport d’autant que la cobalamine contribue au bien-être général.

Il est possible d’alterner les sources choisies chaque jour afin de varier les menus mais aussi afin de profiter des autres vitamines contenues dans l’aliment. Le fait de diversifier son alimentation permet en effet de se prémunir contre les manques dus à une mauvaise alimentation.

Aliments conseillés pour la vitamine B12

Ce composant est essentiel pour la santé car il permet de prévenir certaines maladies cardiovasculaires. Il faut donc s’assurer d’avoir un taux suffisant dans l’organisme pour être en bonne santé. Pour cela, il s’agit alors de repérer et de sélectionner des aliments qui en contiennent.

Les catégories d’aliments

Celle-ci fait partie des aliments hydrosolubles à savoir que la quantité contenue dans la denrée alimentaire va être assimilée au contact de l’eau. L’eau peut être un élément du produit lui-même ou être bu spécialement pour faciliter la cette transformation et permettre au corps de profiter de ses bienfaits.

Parmi les aliments que l’on recommande pour leur teneur en cobalamine, on distingue les produits carnés des autres produits. Les produits carnés sont uniquement issus de tous les types de viandes possibles. A l’inverse, les crustacés et poissons ne font pas partie de cette catégorie mais se distinguent en tant que produits de la mer. Afin de préserver son capital, il est alors intéressant de varier les apports.

 

Où trouve-t-on de la vitamine B12 ?

Les différents apports

La majorité des aliments contenant un taux intéressant appartiennent à la famille des articles d’origine animale. En effet, la majorité des abats concentre une large part de ce composant indispensable de même que l’ensemble des fruits de mer ou crustacés. Du côté végétal, les apports sont moindres mais on note néanmoins que certains produits peuvent être intéressants.

Ce tableau recense un certain nombre d’aliments connus pour leurs propriétés. On remarque donc qu’il est possible de maintenir un bon équilibre grâce à son alimentation.

Aliments Portions Vitamine B12 en µg
Palourdes en conserve 100g 99 µg
Foie de bœuf 100g 71 à 83 µg
Rognons et foie de dinde, d’agneau ou de veau 100g 37 à77 µg
Poulpe 100g 36 µg
Huîtres 100g ou entre 2 et 4 huîtres 16 à 28 µg
Bulots ou bigorneaux 100g 15 à 30 µg
Moules 100g 10 à 15 µg
Cervelle de veau 100g 10 à 21 µg
Thon 100g 11 µg
Lapin 100g 9 à 10 µg
Abats de poulets 100g 9 µg
Sardines en conserve 100g 9 µg
Pâté de porc ou de volaille 100g 6 à 7 µg
Saumon 100g 4 à 6 µg
Hareng mariné 100g 5 µg
Toutes parties du bœuf ou du veau 100g 2 à 4 µg
Espadon 100g 2 µg
 Crevettes 100g 2 µg
Toutes les parties de l’agneau 100g 2 µg

Les effets secondaires de la supplémentation en vitamine B12

Si le manque de cet élément dans l’organisme peut avoir des conséquences sur la santé des personnes, ingérer une molécule n’est pas sans risques et peut donc induire des réactions particulières selon l’individu concerné. En cas d’un taux trop important dans le corps, un certain nombre de complications vont apparaître étant tout aussi importantes que celle due à une insuffisance.

Conséquences indésirables

Parmi les désagréments rencontrés après absorption de vitamine B12, on peut noter un certain nombre de modifications cutanées. En effet, des cas d’acnés ou de modification de la couleur de la peau et de son aspect ont été rapportés. On note d’autre part une possibilité de coloration des urines attestant que cet élément est éliminé par cette voie.

L’ingestion ou l’injection de celle-ci pourrait engendrer de nombreuses réactions allergiques des plus bénignes comme de l’eczéma ou un érythème à des formes plus importantes comme des prurits ou de l’urticaire. Dans certains cas, l’état de la personne peut devenir critique avec une rection sous forme de choc anaphylactique ou d’œdème de Quincke.

De ce fait, même si l’absorption de cette vitamine est recommandée, il faut être vigilant aux cas d’intolérance grave aux cobalamines car celle-ci peut entraîner des conséquences extrêmement graves et peuvent même entraîner la mort en l’absence de soin directement après une allergie violente.

Le surdosage

Le corps peut également réagir de diverses façons si ce dernier contient une dose de vitamine trop importante. De nombreuses complications peuvent alors se manifester tel qu’un dysfonctionnement rénal. Des phénomènes de vertiges, de sensations de malaises ont été recensées de même que des picotements répétés et fréquents aux extrémités des membres. Le cœur fonctionne également de façon inappropriée avec des arythmies.

Mais au-delà de ces symptômes, une corrélation entre le surdosage de cette molécule et le développement de certains cancers a été démontrée. En effet, une consommation excessive de se produit s’avère être toxique pour l’organisme humain et peut donc mener à l’apparition de certaines formes de cancers.

De même, lorsqu’une trop forte posologie est adoptée pour les personnes souffrant d’anorexie, celles-ci peuvent développer des cas de leucémie. Enfin, des personnes ayant un régime alimentaire riche en graisses et donc en cholestérol pourrait connaître des modifications de leur état de santé avec une trop forte ingestion de cet élément. Il a été en effet constaté un lien de cause à effet avec la multiplication de cancers gastro-œsophagiens.

Les références

  1. Herbert V. Vitamine B12 dans la connaissance actuelle en nutrition. 17e éd. Washington, DC: Presse de l’Institut international des sciences de la vie, 1996.
  2. Herbert V, Das K. La vitamine B12 dans la nutrition moderne dans la santé et la maladie. 8ème éd. Baltimore, MD: Williams et Wilkins, 1994.
  3. Peignes G. Vitamine B12 dans les vitamines. New York: Academic Press, Inc., 1992.
  4. Zittoun J, Zittoun R. Stratégies d’essais cliniques modernes en cas de carence en cobalamine et en folates. Sem Hematol 1999; 36: 35-46. [ Résumé PubMed ]
  5. Institut de médecine. Food and Nutrition Board. Apports nutritionnels de référence: thiamine, riboflavine, niacine, vitamine B6, acide folique, vitamine B12, acide pantothénique, biotine et choline. Washington, DC: National Academy Press, 1998.
  6. Clarke R. B-vitamines et prévention de la démence. Proc Nutr Soc 2008; 67: 75-81. [ Résumé PubMed ]
  7. Klee GG. Évaluation des cobalamines et des folates: mesure de l’acide méthylmalonique et de l’homocystéine par rapport à la vitamine B (12) et au folate. Clin Chem 2000; 46: 1277-83. [ Résumé PubMed ]
  8. Carmel R. Comment je traite la carence en cobalamine (vitamine B12). Blood.2008; 112: 2214-21. [ Résumé PubMed ]
  9. Gueant JL, A Safi, Aimone-Gastin I, H Rabesona, JP Bronowicki, Plenat F, et al. Les auto-anticorps chez les patients atteints d’anémie pernicieuse de type I reconnaissent la séquence 251-256 dans le facteur intrinsèque humain. Proc Ass Am Am ​​Physicians 1997; 109: 462-9. [ Résumé PubMed ]
  10. Kapadia CR. La vitamine B12 dans la santé et la maladie: troubles de la fonction, de l’absorption et du transport hérités de la première partie. Gastroentérologue 1995; 3: 329-44. [ Résumé PubMed ]
  11. Johnson MA. Si un apport élevé en acide folique aggrave la carence en vitamine B12, que devrait-on faire? Nutr Rev 2007; 65: 451-8. [ Résumé PubMed ]
  12. Andrès E, L Federici, S Affenberger, J Vidal-Alaball, NH Loukili, Zimmer J, et al. Carence en vitamine B12: un regard au-delà de l’anémie pernicieuse. J Fam Pract 2007: 56: 537-42. [ Résumé PubMed ]
  13. Département de l’agriculture des États-Unis, Service de recherche agricole. 2011. Base de données nationale sur les nutriments de l’USDA pour référence, version 24. Page d’accueil du laboratoire de données sur les éléments nutritifs, http://www.ars.usda.gov/ba/bhnrc/ndlla-vitamine-b12 .
  14. Subar AF, Krebs-Smith SM, Cook A, Kahle LL. Sources alimentaires de nutriments chez les adultes américains, 1989 à 1991. J Am Diet Assoc 1998; 98: 537-47. [ Résumé PubMed ]
  15. Tucker KL, Rich S, Rosenberg I, Jacques P, G Dallal, Wilson WF et al. Les concentrations plasmatiques de vitamine B12 correspondent à la source d’absorption dans l’étude de Framingham Offspring. Am J Clin Nutr 2000; 71: 514-22. [ Résumé PubMed ]
  16. Yazaki Y, Chow G, Mattie M. Une étude contrôlée, randomisée, à double insu et à centre unique pour évaluer l’efficacité relative de l’administration du complexe de vitamine B par voie sublinguale et orale pour réduire les taux sériques d’homocystéine totale. J Altern Complement Med 2006; 12: 881-5. [ Résumé PubMed ]
  17. Sharabi A, Cohen E., Sulkes J, Garty M. Thérapie de remplacement pour la carence en vitamine B12: comparaison entre la voie sublinguale et la voie orale. Br J Clin Pharmacol 2003; 56: 635-8. [ Résumé PubMed ]
  18. Suzuki DM, K Alagiakrishnan, Masaki KH, Okada A, M. Carethers. Hawaii Med J 2006; 65: 311-4. [ Résumé PubMed ]
  19. Slot WB, Merkus FW, Van Deventer SJ, Tytgat GN. Normalisation de la concentration plasmatique de vitamine B12 par hydroxocobalamine intranasale chez les patients carencés en vitamine B12. Gastroentérologie.1997; 113: 430-3. [ Résumé PubMed ]
  20. Bialostosky K, Wright JD, J Kennedy-Stephenson, McDowell M, Johnson CL. Apport alimentaire de macronutriments, de micronutriments et d’autres constituants alimentaires: États-Unis 1988-1994. Vital Heath Stat 11 2002 (245): 1-158. [ Résumé PubMed ]
  21. Ervin RB, Wright JD, Wang CY, Kennedy-Stephenson J. Apport alimentaire de vitamines sélectionnées pour la population des États-Unis: 1999-2000la-vitamine-b12 . Données préliminaires des statistiques de l’état civil et de l’état civil; no 339. Hyattsville, Maryland: Centre national des statistiques sanitaires. 2004.
  22. Carmel R. Cobalamine, l’estomac et le vieillissement. Am J Clin Nutr 1997; 66: 750-9. [ Résumé PubMed ]
  23. Carmel R. Malabsorption de la cobalamine alimentaire. Baillieres Clin Haematol 1995; 8: 639-55. [ Résumé PubMed ]
  24. Vidal-Alaball J, CC Butler, R Cannings-John, A Goringe, Hood K, A McCaddon, et al. La vitamine B12 par voie orale contre la vitamine B12 par voie intramusculaire pour une carence en vitamine B12. Base de données Cochrane Syst Rev 2005; (3): CD004655. [ Résumé PubMed ]
  25. Butler CC, J Vidal-Alaball, R Cannings-John, A McCaddon, Hood K, Papaioannou A, et al. La vitamine B12 par voie orale contre la vitamine B12 par voie intramusculaire pour une carence en vitamine B12: une revue systématique des essais contrôlés randomisés. Fam Pract 2006: 23: 279-85. [ Résumé PubMed ]
  26. Markle HV. Cobalamine. Crit Rev Clin Lab Sci 1996; 33: 247-356. [ Résumé PubMed ]
  27. Bernard MA, PA Nakonezny, Kashner TM. L’effet de la carence en vitamine B12 sur les anciens combattants âgés et sa relation avec la santé. J Am Geriatr Soc 1998; 46: 1199-206. [ Résumé PubMed ]
  28. Healton EB, DG Savage, JC Brust, TF Garrett, J. Lindenbaum Aspects neurologiques de la carence en cobalamine. Medicine 1991; 70: 229-44.
  29. Bottiglieri T. Folate, vitamine B12 et troubles neuropsychiatriques. Nutr Rev 1996; 54: 382-90. [ Résumé PubMed ]
  30. Monsen ALB, Ueland PM. Homocystéine et acide méthylmalonique dans le diagnostic et l’évaluation du risque de la petite enfance à l’adolescence. Am J Clin Nutr 2003; 78: 7-21. [ Résumé PubMed ]
  31. Chanarin I. Effets indésirables d’une augmentation du folate alimentaire. Relation avec des mesures visant à réduire l’incidence des anomalies du tube neural. Clin Invest Med 1994; 17: 244-52. [ Résumé PubMed ]
  32. Huritz A, Brady DA, SE Schaal, Samloff IM, J Dedon, CE Ruhl. Acidité gastrique chez les personnes âgées. J Am Med Assoc 1997; 278: 659-62. [ Résumé PubMed ]
  33. Andrews GR, Haneman B, Arnold BJ, Booth JC, Taylor K. Gastrite atrophique chez les personnes âgées. Australas Ann Med 1967; 16: 230-5. [ Résumé PubMed ]
  34. Johnsen R, B Bernersen, B Straume, Forder OH, Bostad L, Burhol PG. Prévalence des observations endoscopiques et histologiques chez les sujets avec et sans dyspepsie. Br Med J 1991; 302: 749-52. [ Résumé PubMed ]
  35. Krasinski SD, Russell R., Samloff IM, Jacob RA, Dalal GE, McGandy RB, et al. Gastrite atrophique fongique chez une population âgée: effet sur l’hémoglobine et plusieurs indicateurs nutritionnels sériques. J Am Geriatr Soc 1986; 34: 800-6. [ Résumé PubMed ]
  36. Carmel R. Prévalence de l’anémie pernicieuse non diagnostiquée chez les personnes âgées. Arch Intern Med 1996; 156: 1097-100. [ Résumé PubMed ]
  37. Suter PM, BB Golner, Goldin BR, Morrow FD, Russel RM. Inversion de la malabsorption de la vitamine B12 liée aux protéines avec des antibiotiques dans la gastrite atrophique. Gastroenterology 1991; 101: 1039-45. [ Résumé PubMed ]
  38. Carmel R, Sarrai M. Diagnostic et prise en charge des carences cliniques et subcliniques en cobalamine: avancées et controverses. Curr Hematol Rep 2006; 5: 23-33. [ Résumé PubMed ]
  39. Sumner AE, Chin MM, Abraham JL, Gerry GT, Allen RH, Stabler SP. Des taux élevés d’acide méthylmalonique et d’homocystéine totale montrent une prévalence élevée de carence en vitamine B12 après une chirurgie gastrique. Ann Intern Med 1996; 124: 469-76. [ Résumé PubMed ]
  40. Brolin RE, Gorman JH, RC Gorman, Petschenik AJ, Bradley LJ, Kenler HA, et al. La carence en vitamine B12 et en folate est-elle cliniquement importante après le pontage gastrique Roux-en-Y? J Gastrointest Surg 1998; 2: 436-42. [ Résumé PubMed ]
  41. Doscherholmen A, Swaim WR. Assimilation avec facultés affaiblies de la vitamine B 12 d’œuf chez les patients atteints d’hypochlorhydrie et d’achlorhydrie et après résection gastrique. Gastroenterology 1973; 64: 913-9. [ Résumé PubMed ]
  42. Commonwealth of Massachusetts, Centre Betsy Lehman pour la sécurité des patients et la réduction des erreurs médicales. Groupe d’experts sur la chirurgie de perte de poids, Executive Report, 2007.
  43. von Schenck U, C Bender-Gotze, Koletzko B. Persistance des dommages neurologiques induits par une carence alimentaire en vitamine B12 dans la petite enfance. Arch Dis Childhood 1997; 77: 137-9. [ Résumé PubMed ]
  44. Kaiser L, Allen LH. Position de l’American Dietetic Association: nutrition et mode de vie pour une grossesse en santé. J Am Diet Assoc 2008; 108: 553-61. [ Résumé PubMed ]
  45. Instituts nationaux de la santé. Troisième rapport du groupe d’experts du programme national d’éducation sur le cholestérol sur la détection, l’évaluation et le traitement du cholestérol sanguin élevé chez les adultes (panel III de traitement des adultes)la-vitamine-b12 . Bethesda, MD: Programme national d’éducation sur le cholestérol, Institut national du cœur, du poumon et du sang, National Institutes of Health, septembre 2002. Publication NIH n ° 02-5215.
  46. Refsum H, Nurk E, Smith AD, Ueland PM, Gjesdal CG, Bjelland I, et al. Étude d’Hordaland sur l’homocystéine: étude communautaire de l’homocystéine, de ses déterminants et des associations avec la maladie. J Nutr 2006; 136 (6 Suppl): 1731S-40S. [ Résumé PubMed ]
  47. Schulz RJ. Homocystéine en tant que biomarqueur du dysfonctionnement cognitif chez les personnes âgées. Curr Opin Clin Nutr Metab Care 2007; 10: 718-23. [ Résumé PubMed ]
  48. Comité de nutrition de l’American Heart Association, Lichtenstein AH, Appel LJ, Marques M, Carnethon M., Daniels S, et al. Révision des recommandations sur l’alimentation et le mode de vie en 2006: déclaration scientifique du Comité de nutrition de l’American Heart Association. Circulation 2006; 114: 82-96. [ Résumé PubMed ]
  49. Malinow MR. Homocyste plasmatique (e) ine et maladies occlusives artérielles: une mini-revue. Clin Chem 1995; 41: 173-6. [ Résumé PubMed]
  50. Selhub J, Jacques PF, Bostom AG, RB D’Agostino, Wilson PW, Belanger AJ, et al. Association entre les concentrations plasmatiques d’homocystéine et la sténose extra-crânienne de l’artère carotide. N Engl J Med 1995; 332: 286-91. [ Résumé PubMed ]
  51. Rimm EB, Willett WC, Hu FB, L Sampson, GA Colditz, Manson JE, et al. Folate et vitamine B6 provenant de l’alimentation et de suppléments en relation avec le risque de maladie coronarienne chez les femmes. J Am Med Assoc 1998; 279: 359-64. [ Résumé PubMed ]
  52. Réf. H, PM Ueland, Nygard O, Vollset SE. Homocystéine et maladie cardiovasculaire. Annu Rev Med 1998; 49: 31-62. [ Résumé PubMed ]
  53. Boers GH. Hyperhomocystéinémie: Un facteur de risque de maladie vasculaire nouvellement reconnu. Neth J Med 1994; 45: 34-41.
  54. Selhub J, Jacques PF, Wilson PF, Rush D, Rosenberg IH. Le statut en vitamines et la consommation en tant que principaux déterminants de l’homocystéinémie chez une population âgée. J Am Med Assoc 1993; 270: 2693-8. [ Résumé PubMed ]
  55. Flynn MA, Herbert V, Nolph GB, Krause G. Athérogenèse et la triade homocystéine-folate-cobalamine: avons-nous besoin d’analyses standardisées? J Am Coll Nutr 1997; 16: 258-67. [ Résumé PubMed ]
  56. Fortin LJ, Genest J Jr. Mesure de l’homocyste (e) ine dans la prédiction de l’artériosclérose. Clin Biochem 1995; 28: 155-62. [ Résumé PubMed]
  57. Siri PW, Verhoef P, Kok FJ. Vitamines B6, B12 et folates: association avec l’homocystéine plasmatique totale et risque d’athérosclérose coronarienne. J Am Coll Nutr 1998; 17: 435-41. [ Résumé PubMed ]
  58. Ubbink JB, van der Merwe A, Delport R, Allen RH, Stabler SP, Riezler R, et al. L’effet d’un statut subnormal en vitamine B6 sur le métabolisme de l’homocystéine. J Clin Invest 1996; 98: 177-84. [ Résumé PubMed ]
  59. Bronstrup A, Hages M, Prinz-Langenohl R., Pietrzik K. Effets de l’acide folique et des combinaisons d’acide folique et de vitamine B12 sur les concentrations plasmatiques d’homocystéine chez les jeunes femmes en bonne santé. Am J Clin Nutr 1998; 68: 1104-10. [ Résumé PubMed ]
  60. Clarke R. Abaissement de l’homocystéine sanguine avec des suppléments à base d’acide folique. Br Med J 1998: 316: 894-8. [ Résumé PubMed ]
  61. Lee BJ, Huang MC, Chung LJ, Cheng CH, Lin KL, Su KH, et al. L’acide folique et la vitamine B12 sont plus efficaces que la vitamine B6 pour réduire la concentration plasmatique d’homocystéine à jeun chez les patients atteints de coronaropathie. Eur J Clin Nutr 2004; 58: 481-7. [ Résumé PubMed ]
  62. Bønaa KH, Njølstad I, Ueland PM, Schirmer H, Tverdal A, Steigen T, et al. Réduction de l’homocystéine et événements cardiovasculaires après un infarctus aigu du myocarde. N Engl J Med 2006; 354: 1578-88. [ Résumé PubMed ]
  63. Lonn E, S Yusuf, Arnold MJ, Sheridan P, J Pogue, Micks M, et al. L’homocystéine diminue avec l’acide folique et les vitamines B dans les maladies vasculaires. N Engl J Med. 2006; 354: 1567-77. [ Résumé PubMed ]
  64. Clarke R, Lewington S, Sherliker P, Armitage J. Effets des vitamines B sur les concentrations plasmatiques d’homocystéine et sur le risque de maladie cardiovasculaire et de démence. Curr Opin Clin Nutr Metab Care 2007; 10: 32-9. [ Résumé PubMed ]
  65. Albert CM, cuisinier NR, Gaziano JM, Zaharris E, J MacFadyen, E Danielson, et al. Effet de l’acide folique et des vitamines B sur le risque d’événements cardiovasculaires et la mortalité totale chez les femmes à haut risque de maladie cardiovasculaire: un essai randomisé. JAMA.2008; 299: 2027-36. [ Résumé PubMed ]
  66. Ebbing M, Bleie Ø, PM Ueland, Nordrehaug JE, Nilsen DW, Vollset SE, et al. Mortalité et événements cardiovasculaires chez les patients traités avec des vitamines B abaissant l’homocystéine après une coronarographie: un essai contrôlé randomisé. JAMA 2008; 300: 795-804. [ Résumé PubMed ]
  67. Toole JF, MR Malinow, Chambless LE, Spence JD, LC Pettigrew, Howard VJ et al. Réduire l’homocystéine chez les patients ayant subi un AVC ischémique afin de prévenir les accidents vasculaires cérébraux, les infarctus du myocarde et les décès à répétition: l’essai contrôlé randomisé par intervention sur les vitamines pour la prévention des accidents vasculaires cérébraux (VISP). JAMA 2004; 291: 565-75. [ Résumé PubMed ]
  68. McKay DL, G Perrone, H Rasmussen, G Dallal, JB Blumberg. La supplémentation en multivitamines / minéraux améliore le statut plasmatique en vitamine B et la concentration en homocystéine chez les personnes âgées en bonne santé qui consomment un régime enrichi en folates. J Nutr 2000; 130: 3090-6. [ Résumé PubMed ]
  69. Carmel R. Anémies mégaloblastiques. Curr Opin Hematol 1994; 1: 107-12. [ Résumé PubMed ]
  70. Hutto BR. Folate et cobalamine dans les maladies psychiatriques. Compr Psychiatry 1997; 38: 305-14. [ Résumé PubMed ]
  71. Seshadri S, Beiser A, Selhub J, Jacques PF, Rosenberg IH, D’Agostino RB, et al. L’homocystéine plasmatique en tant que facteur de risque de démence et de maladie d’Alzheimer. N Engl J Med 2002; 346: 476-83. [ Résumé PubMed ]
  72. Clarke R., J Birks, E. Nexo, PM Ueland, J. Schneede, J. Scott et al. Faible statut en vitamine B12 et risque de déclin cognitif chez les personnes âgées. Am J Clin Nutr 2007; 86: 1384-91. [ Résumé PubMed ]
  73. Eussen SJ, LC de Groot, Joosten LW, RJ Bloo, R Clarke, PM Ueland et al. Effet de la vitamine B-12 orale avec ou sans acide folique sur la fonction cognitive chez les personnes âgées présentant une carence légère en vitamine B-12: un essai randomisé, contrôlé par placebo. Am J Clin Nutr 2006; 84: 361-70. [ Résumé PubMed ]
  74. Hvas AM, Juul S., Lauritzen L., Nexø E., Ellegaard J. Aucun effet du traitement à la vitamine B-12 sur la fonction cognitive et la dépression: une étude randomisée contrôlée contre placebo. J Affect Disord 2004; 81: 269-73. [ Résumé PubMed ]
  75. Groupe collaboratif d’essais vitaux. Effet des vitamines et de l’aspirine sur les marqueurs de l’activation plaquettaire, du stress oxydatif et de l’homocystéine chez les personnes à haut risque de démence. J Intern Med 2003; 254: 67-75. [ Résumé PubMed ]
  76. Kang JH, N Cook, J Manson, JE Buring, Albert CM, F. Grodstein Un essai sur les vitamines B et la fonction cognitive chez les femmes à haut risque de maladies cardiovasculaires. Am J Clin Nutr 2008; 88: 1602-10. [ Résumé PubMed ]
  77. Aisen PS, Schneider LS, Sano M, Diaz-Arrastia R, van Dyck CH, Weiner MF et al .; Étude coopérative sur la maladie d’Alzheimer. Supplémentation en vitamine B à forte dose et déclin cognitif de la maladie d’Alzheimer: un essai contrôlé randomisé. JAMA 2008; 300: 1774-83. [ Résumé PubMed ]
  78. Balk EM, Raman G, A Tatsioni, M Chung, Lau J, Rosenberg IH. Supplémentation en vitamine B6, B12 et acide folique et fonction cognitive: revue systématique des essais randomisés. Arch Intern Med 2007 Jan; 167: 21-30. [ Résumé PubMed ]
  79. Malouf R, Areosa Sastre A. Vitamine B12 pour la cognition. Base de données Cochrane Syst Rev 2003; (3): CD004326. [ Résumé PubMed ]
  80. Malouf R, Grimley Evans J. Acide folique avec ou sans vitamine B12 pour la prévention et le traitement des personnes âgées et atteintes de démence. Base de données Cochrane Rev. 2008 8 oct; (4): CD004514. [ Résumé PubMed ]
  81. Lukaski HC. État des vitamines et des minéraux: effets sur la performance physique. Nutrition 2004; 20: 632-44. [ Résumé PubMed ]
  82. Base de données complète sur les médicaments naturelsla-vitamine-b12 . Vitamine B12.
  83. Bradford GS et Taylor CT. Carence en oméprazole et en vitamine B12. Ann Pharmacother 1999; 33: 641-3. [ Résumé PubMed ]
  84. Kasper H. L’absorption de vitamines chez les personnes âgées. Int J Vitam Nutr Res 1999; 69: 169-72. [ Résumé PubMed ]
  85. Howden CW. Taux de vitamine B12 pendant un traitement prolongé avec des inhibiteurs de la pompe à protons. J Clin Gastroenterol 2000; 30: 29-33. [ Résumé PubMed ]
  86. Valuck RJ, Ruscin JM. Une étude cas-témoins sur les effets indésirables: utilisation d’anti-bloquants ou d’inhibiteurs de la pompe à protons et risque de carence en vitamine B12 chez les personnes âgées. J Clin Epidemiol 2004; 57: 422-8. [ Résumé PubMed ]
  87. Ruscin JM, page RL 2e, Valuck RJ. Carence en vitamine B (12) associée aux antagonistes des récepteurs histaminiques (2) et à un inhibiteur de la pompe à protons. Ann Pharmacother 2002; 36: 812-6. [ Résumé PubMed ]
  88. Den Elzen WP, Y Groeneveld, W De Ruijter, JH Souverijn, Le Cessie S, WJ Assendelft, et al. Utilisation à long terme des inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) et du statut en vitamine B12 chez les personnes âgées. Aliment Pharmacol Ther 2008; 27: 491-7. [ Résumé PubMed ]
  89. Termanini B, F Gibril, VE Sutliff, Yu F, DJ Venzon, Jensen RT. Effet du traitement suppresseur de l’acide gastrique à long terme sur les taux sériques de vitamine B12 chez les patients atteints du syndrome de Zollinger-Ellison. Am J Med 1998; 104: 422-30. [ Résumé PubMed ]
  90. Force RW, Nahata MC. Effet des antagonistes des récepteurs de l’histamine H2 sur l’absorption de la vitamine B12. Ann Pharmacother 1992; 26: 1283-6. [ Résumé PubMed ]
  91. Liu KW, Dai LK, carence en vitamine B12 liée à la metformine. Age 2006, 35: 200-1. [ Résumé PubMed ]
  92. Buvat DR. L’utilisation de la metformine est une cause de carence en vitamine B12. Am Fam Physician 2004; 69: 264. [ Résumé PubMed ]
  93. Bauman WA, Shaw S, Jayatilleke K, Spungen AM, Herbert V. L’apport accru en calcium inverse la malabsorption B12 induite par la metformine. Diabetes Care 2000; 23: 1227-31. [ Résumé PubMed ]
  94. de Jager J., Kooy A, Lehert P, Wulffelé MG, van der Kolk J, Bets D, Verburg J, Donker AJ, CD de Stehouwer. Traitement à long terme par la metformine chez les patients atteints de diabète de type 2 et présentant un risque de carence en vitamine B-12: essai randomisé contrôlé contre placebo. BMJ. 2010 20 mai: 340: C2181. [ Résumé PubMed ]
  95. Oh R, Brown DL. L’utilisation de la metformine est une cause de carence en vitamine B12. Auteur Répondre Am Fam Physician 2004; 69: 264, 266. [ PubMed abstract ]
Boukhris Najla
Psychologue et consultante en webmarketing.

Laisser un commentaire

Top
error: Content is protected !!