Gastro-entérologie

Colite chronique : Inflammation chronique du côlon.

Colite chronique : Inflammation chronique du côlon.
Colite chronique : Inflammation chronique du côlon.
Colite chronique : Inflammation chronique du côlon.

Plusieurs causes peuvent être à l’origine de l’inflammation chronique du côlon, parfois associée à une inflammation de l’intestin grêle (entérocolite), à une inflammation de la muqueuse rectale (recto-colite), ou localisée seulement à l’un de ses segments (sigmoïdite).

Nous n’abordons ici que les formes simples qui sont – fort heureusement – les plus fréquemment rencontrées, en sachant toutefois que les thérapeutiques naturelles peuvent également s’avérer fort utiles dans les formes plus graves (ulcéreuses ou diverticulaires notamment). Parmi ces formes simples de colite chronique, deux arrivent en tête :
– l’une, qui peut facilement être facilement évitée, nous voulons parler de l’abus des laxatifs ou (et) des lavages intestinaux irritants pour la muqueuse intestinale qui débouche sur ce que l’on appelle communément la “maladie des laxatifs” ;
– l’autre qui trouve sa source dans une dystonie neuro-végétative ou des perturbations neuro-psychiques qui s’extériorisent sous forme de colite psychosomatique purement fonctionnelle.

Toutes ces colites se manifestent essentiellement par des spasmes intestinaux, sources de crises douloureuses, et des troubles du transit (diarrhée, constipation ou alternance de l’une et l’autre).

Si vous souffrez d’une colite chronique (diverticulaire ou pas), notre Parapharmacie naturelle peut vous apporter une très nette amélioration et de longues rémissions grâce à l’observation de mesures hygiéniques et alimentaires – simples mais indispensables – et à l’utilisation de certaines thérapeutiques naturelles qui sont d’une grande efficacité.

Hygiéne de vie

Ces mesures doivent absolument être observées scrupuleusement pour obtenir les résultats escomptés :

• Mangez à heures fixes dans une atmosphère calme et mastiquez lentement en mâchant bien vos aliments. Si vous en avez la possibilité, reposez-vous une heure en position allongée après les repas.
• Menez une vie la plus calme et la mieux organisée possible en essayant d’appliquer au plus près nos 10 commandements pour éviter le stress (cliquez sur “Stress”).
• Évitez toute constipation (cliquez sur “Constipation” afin de savoir ce qu’il vous faut faire pour cela) et, surtout, ne prenez jamais aucun laxatif irritant, ou de grand lavement, si vous êtes absolument obligé de faire appel à une aide médicamenteuse.

 

Hygiéne alimentaire

• Évitez systématiquement presque tous les légumes crus (particulièrement ceux riches en cellulose) ainsi que les légumes cuits à fibres dures, à peau indigeste ou à graines, les fruits crus (notamment les prunes et le melon), les mets fermentés ou épicés, ainsi que toutes les préparations culinaires compliquées (sauces, ragoûts, etc.), les graisses cuites, le lait entier pur, le pain blanc frais, ainsi que tous ceux que vous savez ne pas supporter (chacun a ses intolérances personnelles) et cela sans aucune exception, en sachant refuser poliment quand vous êtes invité si le menu comporte un aliment ou une préparation qui vous est défendu.

• Privilégiez dans vos menus journaliers (dans la mesure où vous n’avez aucune intolérance particulière en ce qui concerne l’un de ces aliments) : les potages maigres avec pâtes ou tapioca ; les viandes maigres grillées ou rôties; le jambon maigre ; les poissons maigres grillés ; les œufs ; les pâtes bouillies servies avec un peu de beurre frais ; le riz cuit à l’eau ; les pommes de terre en robe des champs ou en purée ; les carottes et les haricots verts bien cuits ou en purée ; les fruits : à manger toujours très mûrs, ou sous forme de compotes bien cuites, ou encore sous forme de jus ; du pain toujours rassis ou grillé, ou alors des biscottes.

• Prenez enfin tous les matins en commençant votre petit déjeuner du pollen, le complément alimentaire tout à fait adapté à cette affection : en moyenne une cuillerée à soupe de pelotes naturelles délayées dans un verre d’eau, mais c’est la tolérance personnelle qui détermine la dose convenant à chacun – parfois plus mais parfois beaucoup moins.Traitements par voie interne

1. Contre l’inflammation :
–  Argile en cures régulières de 20 jours par mois sous forme de spécialités pharmaceutiques (Actapulgite*- Bédelix* – Smecta*), à raison d’un sachet dilué dans un demi-verre d’eau, matin, midi et soir un peu avant les repas.

2. Contre les spasmes (uniquement lors des crises douloureuses et jusqu’à complète sédation) :

– Boire matin, midi et soir, après les repas, une décoction-infusion à base de plantes sédatives et antispasmodiques : Santane N9* (verser une cuillerée à café bien bombée du mélange dans la valeur d’un bol d’eau froide, porter à ébullition quelques secondes et laisser infuser 5 à 6 minutes avant de filtrer et de sucrer avec du miel).

– Placez sur la région abdominale une grande compresse très chaude, ou un cataplasme d’argile chaud d’un centimètre d’épaisseur enveloppé dans une gaze.

3. Contre la dystonie neuro-végétative :

– Absorbez le matin à jeun par voie sublinguale une dose des oligo-éléments suivants : Manganèse-Cobalt les lundi, mercredi et vendredi ; Lithium les mardi, jeudi et samedi ; à raison d’une cure de 3 mois deux fois par an.
– Prenez du magnésium, en cures de 3 semaines par mois, à la dose journalière de 200 mg d’ion magnésium (soit, par exemple, 4 comprimés de 500 mg de lactate de magnésium dont il existe plusieurs spécialités en pharmacie) à avaler en deux prises matin et soir au moment des repas avec un peu d’eau.

Comment here