Ressources

Aloïs Alzheimer : un neuropsychiatre du début du 20ième siècle

démence, alzheimer, dépendants
Célèbre psychiatre et neurologue allemand né le 14 juin 1864 à Marktbreid (une petite ville de Bavière) et décédé le 19 décembre 1915 à Breslau en Silésie, Aloysius « Aloïs » Alzheimer est un ancien collègue d’Emil Kraepelin (un autre célèbre psychiatre allemand fondateur de la psychologie expérimentale). Alzheimer est surtout connu pour la maladie d’Alzheimer, maladie mentale de « démence présénile » qui porte son nom. Alzheimer suit des études de médecine à l’université d’Aschaffenburg, de Tübingen, et de Berlin.

 

Il passe sa thèse à l’Université de Würzburg en 1887. L’année suivante, il passe cinq mois auprès de femmes malades mentales avant d’ouvrir son cabinet dans l’hôpital psychiatrique de la ville de Francfort-sur-le-Main : « Städtische Anstalt für Irre und Epileptische » (Asile pour fous et épileptiques). Emil Sioli (1852-1922) en est le directeur mais aussi un psychiatre. Un autre neurologue, Franz Nissl (1860-1919), travaille dans cet asile, et fait la connaissance de Alzheimer. Les recherches d’Alzheimer sur les maladies mentales ont recours à la méthode de coloration des corps de Nissl (une partie des neurones). Alzheimer participe à la création et à l’édition du journal « Zeitschrift für die gesamte Neurologie und Psychiatrie ». Il n’a jamais écrit de livre de son propre chef. En 1895, il se marie, mais sa femme meurt en 1901 en lui laissant trois enfants à charge. Cette même année, Alzheimer suit Mme Auguste D., une patiente de l’hôpital de Francfort. La femme de 51 ans présente d’étranges symptômes comportementaux, dont une démence. Elle va devenir une véritable obsession pour le Dr. Alzheimer qui passera des années à étudier son cas. En avril 1906, Mme D.

 

meurt : Alzheimer récupère ses dossiers et son cerveau est envoyé au laboratoire de Kraepelin à Munich où il fait ses recherches. A l’aide de deux physiciens italiens, il se sert des techniques de coloration pour identifier les plaques d’amylose et les fibrilles endommagées caractéristiques de la maladie d’Alzheimer. Le 3 novembre 1906, il fait pour la première fois un exposé sur la maladie du cerveau et les symptômes cliniques de la dégénérescence à l’occasion de la 37ème Conférence des psychiatres allemands. D’autres médecins conforteront ses hypothèses par la suite.
En 1911, Alzheimer fait part d’un deuxième cas de dégénérescence mentale. Etant donné que l’allemand est la langue de base utilisée en science et particulièrement en psychologie à l’époque, le célèbre psychiatre Emil Kraepelin, responsable de la chaire de la psychiatrie de Munich, décide d’employer le terme « maladie d’Alzheimer » pour désigner la maladie découverte par son collègue. En 1911, les physiciens européens utilisent le terme maladie d’Alzheimer pour diagnostiquer des patients américains. Vers le 15 décembre 1915, Alzheimer tombe malade alors qu’il se rend à l’Université de Breslau en train, où il a été nommé professeur en psychiatrie en 1912. On pense qu’il a été frappé par une infection au streptocoque et qu’il est décédé des suites de rhumatismes articulaires aigus et d’une insuffisance rénale.
Suite à une insuffisance cardiaque, il est décédé à l’âge de 51 ans à Breslau.
A lire aussi  Le dépistage de l'hépatite B : Comment ça se passe ?

Comment here