You are here
Accueil > Actualité > Puberté précoce et risques de dépression

Puberté précoce et risques de dépression



Une nouvelle recherche suggère que la puberté précoce présente un risque accru de dépression.

D’après les chercheurs de l’Université de l’Illinois, les deux sexes sont à risque, bien que la dépression se développe habituellement différemment chez les filles que chez les garçons.

puberte precoce et problemes psychologique depression-magazine psychologie sante tunisie

Le professeur de psychologie Dr Karen D. Rudolph a déclaré  » leurs résultats montrent que la puberté précoce déclenche une série de difficultés psychologiques, socio-comportementales et interpersonnelles.

Ces défis prédisent des niveaux élevés de dépression chez les garçons et les filles quelques années plus tard « 

Rudolph et ses collègues ont mesuré l’âge de la puberté et les niveaux de dépression chez plus de 160 jeunes sur une période de 4 ans.

Au cours de leurs premières années d’adolescence, ils ont rempli des questionnaires et des entretiens qui ont évalué les facteurs de risques psychologiques, stress, relations interpersonnelles et des comportements d’adaptation annuels. Les parents ont également signalé les relations et les difficultés sociales de leurs enfants.

«On croit souvent que la puberté précoce contribue à la dépression seulement chez les filles», dit Rodolphe. « Nous avons constaté que la maturation précoce peut aussi être un risque pour les garçons à mesure qu’ils progressent à travers l’adolescence. »

Expliqué dans la revue Développement et psychopathologie, les jeunes qui sont entrés dans la puberté en avance sur leurs pairs étaient plus vulnérables par rapport à certains risques qui ont été associés à la dépression.

Ils avaient une image de soi plus négative ; plus d’anxiété ; des problèmes sociaux, y compris les conflits avec les membres de la famille et les pairs ; et tendent à lier des amitiés avec des pairs qui étaient enclins à des conduites à problèmes.

Quand aux filles, elles avaient des difficultés différentes.

Les niveaux de dépression chez les filles précoces ont été élevés au début de l’étude et sont restés stables au cours des trois années suivantes.

 » les filles se sentent mal dans leur peau, ne peuvent pas faire face efficacement aux problèmes sociaux, dévient socialement, présentent des conflits relationnels… »

Les garçons ne réagissent pas de la même manière à la maturation précoce qui ne semble pas avoir un effet négatif immédiat ; ils ont montré des niveaux significativement plus faibles de dépression au début que leurs homologues féminins.

Cependant, ces différences sont dissipées avec le temps, de sorte que d’ici la fin de la quatrième année, les garçons à maturité précoce ne diffèrent pas significativement de leurs homologues féminins dans leurs niveaux de dépression.

Le chercheur termine par évoquer l’importance de l’environnement dans le déclenchement ou pas de ces manifestations en disant : « Mais il est important de noter que seuls certains adolescents sont vulnérables aux effets de la puberté précoce, en particulier ceux qui vivent plus de perturbations dans leurs familles et qui ont moins de soutien dans leurs relations avec leurs pairs».

Référence :
http://news.illinois.edu/

Laisser un commentaire

Top
error: Content is protected !!