You are here
Accueil > Psychologie > Pleurer de joie comment expliquer ce paradoxe

Pleurer de joie comment expliquer ce paradoxe

Certaines étapes de la vie comme l’obtention d’un diplôme, le fait de marcher dans l’allée à son mariage, tenir son bébé dans les bras … sont parmi les moments les plus heureux de la vie et qui peuvent être paradoxalement accompagnés de larmes – des larmes de joie spécifiquement. Pleurer, par essence, est un bon moyen pour nous de libérer la tristesse, le stress et les toxines, mais qu’en est-il lorsque nous sommes remplis de joie ? La phrase «Je suis si heureux que je pourrais pleurer » fait réellement sens, selon une récente étude qui sera publiée dans un prochain numéro de Psychological Science, nous restaurons notre équilibre émotionnel en répondant à des expériences positives avec les émotions négatives.

pleurer de joie comment expliquer ce phenomene

Oriana Aragon, auteur principal de l’étude et psychologue à l’Université de Yale, a déclaré dans un communiqué de presse . «Ils semblent avoir lieu quand les gens sont submergés par de fortes émotions positives »

Aragon et ses collègues de l’Université Yale ont cherché à analyser les réponses émotionnelles des gens à différents scénarios en procédant à une série de deux études. Dans la première étude, 143 participants ont été recrutés et invités à répondre à un certain nombre de questions  » Les chercheurs ont observé des réponses négatives associées à des émotions positives. Selon Aragon  ces réactions ont lieu « quand les gens sont submergés par les émotions. »

Dans une autre étude, Aragon et son équipe de recherche ont recruté environ 300 participants et ils leur ont montré des images de bébés, qui ont été modifiées pour les rendre plus ou moins mignons. Immédiatement après avoir vu ces photos, les chercheurs ont analysé les sentiments des gens. Les bébés mignons étaient considérés de façon plus positive et ont donné des réponses telles que: «J’aimerai lui pincer les joues ! » ou dire : «il est à croquer ! »

Dans l’ensemble, les gens qui ont eu des réactions « agressives » ou négatives à des émotions positives sont les personnes qui ont réussi le plus à atteindre l’équilibre émotionnel que les personnes qui n’avaient manifesté aucun intérêt. Cela suggère que des réactions négatives, telles que des larmes de joie, peuvent aider les gens à se calmer quand ils sont submergés de joie.

L’inverse peut également être vrai : les émotions négatives fortes peuvent également être associées à des expressions positives. Par exemple, nous avons tendance à être entrainés dans un rire nerveux lorsqu’on est confronté à des situations inconfortables.

Par exemple, il a été démontré que l’humour pourrait être un mécanisme de défense que nous utilisons pour nous prémunir contre les émotions négatives qui nous submergent. C’est une façon de faire face aux émotions exacerbées et restaurer notre équilibre émotionnel.

Les scientifiques ont basé leurs conclusions sur la croyance que les gens ont des limites émotionnelles. Si notre tristesse ou notre joie atteint une limite ingérable, notre corps devient donc physiologiquement dépassé. Cela déclenche l’émotion inattendue – comme des larmes de joie – pour atteindre l’équilibre émotionnel.

Référence : http://www.eurekalert.org/pub_releases/2014-11/yu-ws111114.php

Laisser un commentaire

Top
error: Content is protected !!