You are here
Accueil > Actualité > Liens entre médicaments anti-inflammatoires et Décès par AVC

Liens entre médicaments anti-inflammatoires et Décès par AVC

selon une étude publiée dans le journal médical de l’American Academy of Neurology, des médicaments Couramment prescrits pour l’arthrite et la douleur peuvent augmenter le risque de décès par accident vasculaire cérébral, quatrième cause de mortalité.

Les médicaments examinés dans l’étude, appelés inhibiteurs COX-2 sont: le diclofénac, le nabumeton, l’étodolac et le meloxicam, le coxibs, le célécoxib et le rofécoxib. Ces médicaments, inhibiteurs de la COX-2 sont des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sélectifs. L’étude a également porté sur les anti-inflammatoires stéroïdiens non sélectifs qui sont les analgésiques courants tels que l’ibuprofène et le naproxène.

« Bien que certaines versions de ces inhibiteurs COX-2 ont été retirés des ventes, les plus anciens sont encore souvent prescrits», a déclaré Morten Schmidt, auteur de l’étude MD. «Notre étude fournit une preuve supplémentaire importante qui montre les liens de certains analgésiques arthritiques et le risque de décès par accident vasculaire cérébral. »

mdicaments anti inflammatoire et risque accru de mortalite par accident vasculaire cerebral

Les chercheurs ont examiné les dossiers de 100 243 personnes hospitalisées pour un AVC au Danemark entre 2004 et 2012 et les décès dans le mois suivant. Notamment si les participants étaient des non-utilisateurs de ces médicaments dans les deux derniers mois, ou s’ils sont des utilisateurs actuels, s’ils étaient de nouveaux utilisateurs qui venaient de commencer le traitement pour la première fois ou s’ils sont des consommateurs à long terme. L’étude a également porté sur la nouvelle génération des inhibiteurs COX-2, l’ancienne génération des inhibiteurs COX-2 et les AINS non sélectifs.

Dans l’ensemble, les gens qui étaient des utilisateurs actuels de la COX-2 ont été 19% plus susceptibles de mourir après un AVC que les personnes qui ne prennent pas les médicaments. Les utilisateurs de l’ancienne génération des COX-2 étaient 42% plus susceptibles de mourir d’un AVC que ceux qui ne prenaient pas de médicaments. Ceux qui suivaient le traitement Etodolac étaient de 53% plus susceptibles de mourir d’un AVC.

Les chercheurs n’ont constaté aucun lien entre les AINS non sélectifs et augmentation de décès. En outre, l’étude n’a trouvé aucun lien entre l’utilisation chronique de l’un des médicaments et le taux de mortalité suite à un AVC.

Un total de 10 835 des participants, soit 11%, étaient des utilisateurs d’AINS; 8402 soit 8%, étaient d’anciens utilisateurs; et 80 806 soit 81%, étaient des non-utilisateurs. Parmi les utilisateurs d’AINS actuels 51% ont utilisé l’ibuprofène, le diclofénac utilisé par 27%, 11% ont consommé l’Etodolac, trois% le naproxène, 1% le célécoxib et le rofécoxib 0,5%.

 

Référence :

American Academy of Neurology
Remarque : Les informations médicales publiées sur ce site ne doivent en aucun cas se substituer à l’avis médical et il ne faut pas prendre des mesures avant d’avoir consulté un professionnel de la santé. Pour plus d’infos vous pouvez consulter un médecin généraliste en Tunisie ou un Neurologue en Tunisie

Laisser un commentaire

Top
error: Content is protected !!