You are here
Accueil > Actualité > La détection précoce du cancer colorectal grâce aux biomarqueurs

La détection précoce du cancer colorectal grâce aux biomarqueurs

Une nouvelle étude publiée dans le British Journal of Cancer promet d’ouvrir de nouvelles pistes vers un diagnostic plus rapide du cancer colorectal en identifiant deux biomarqueurs potentiels pour la détection précoce de la maladie.

Malgré les progrès réalisés au cours des dernières décennies, le cancer colorectal reste l’un des plus meurtriers à travers le monde. La principale cause de décès est les métastases à d’autres organes comme le foie et les poumons. Ainsi, toute recherche qui suggère de nouvelles pistes de réflexion pour faire des diagnostics plus précoces est d’un grand intérêt pour la santé publique.

Un biomarqueur du cancer est une molécule dont la présence – ou l’absence – dans les tissus peut indiquer que les tumeurs se développent. C’est la piste étudiée actuellement pour la détection précoce du cancer et même pour prédire la gravité ou l’efficacité de son traitement.

Après les cancers de la peau , le cancer colorectal est le troisième cancer le plus diagnostiqué chez les hommes et les femmes aux États-Unis. L’American Cancer Society estime qu’il y aura 96 830 nouveaux cas de cancer du côlon et 40 000 nouveaux cas de cancer du rectum aux États-Unis en 2014.

Serge Haan, professeur à l’Unité de recherche sciences de la vie à l’Université de Luxembourg, dit que si elle est diagnostiquée à temps, 9 des 10 cas de cancer colorectal peut être guéri.

biomarqueurs-pour-le-depistage-precoce-du cancer du colon

« Ainsi, il est très important d’identifier des marqueurs plus sensibles et spécifiques pour améliorer le diagnostic précoce ainsi que les stratégies thérapeutiques», ajoute-il.

Cette étude a identifié deux biomarqueurs potentiels pour le cancer colorectal : SOCS2 et SOCS6
800 Essais d’échantillons de tissus provenant de patients à différents stades du cancer colorectal et d’individus sains ont été analysés. Les échantillons proviennent de la banque de tumeurs au Canada et l’Integrated Biobank of Luxembourg Ontario.

L’analyse a montré une réduction significative des deux protéines – SOCS2 SOCS6 – dans les cellules colorectales pré-cancéreuses et cancéreuses.

Les (SOCS) sont des protéines sont essentielles pour la croissance cellulaire normale. Les preuves s’accumulent que leur absence joue un rôle important dans le cancer.

Après une analyse approfondie, ils ont également trouvé que le SOCS2 peut servir comme un indicateur précoce de la gravité du cancer.

Les chercheurs estiment que leurs résultats affirment que les deux protéines – en particulier SOCS2 – pourraient être des biomarqueurs très sensibles pour le diagnostic précoce du cancer colorectal.

De Nouvelles études médicales suggèrent que les bactéries de l’intestin qui suppriment l’action de certaines enzymes dans la réparation de l’ADN peut encourager le cancer du côlon. L’équipe derrière l’étude, de l’Institut Wistar à Philadelphie, Pennsylvanie, a constaté que des bactéries intestinales qui causent les troubles gastriques peuvent favoriser le développement des tumeurs en bloquant les mécanismes de réparation de l’ADN.

Laisser un commentaire

Top
error: Content is protected !!