You are here
Accueil > Famille > Enfants > Apprendre à lire à 3 ans ?

Apprendre à lire à 3 ans ?

Apprendre à lire, à écrire et à compter, c’est la grande aventure proposée aux petits élèves de la grande section de maternelle et du CP. Autrement dit, aux “vieux“ de 5-7 ans. Mais au fait, pourquoi attendre cet âge « canonique » pour démarrer l’initiation aux joies de la méthode syllabique ? Ne pourrait-on pas commencer plus tôt, dès 3 ans, l’apprentissage de la lecture, histoire de faciliter la scolarité de l’enfant à l’école primaire ?

La curiosité des tout-petits, leur soif d’apprendre, est prodigieuse. Même lorsqu’ils nous cueillent aux détours de questions déroutantes : « Comment elle fait, la fourmi, pour prendre son bain ? Dis, t’as vu des dinosaures quand tu étais petite ? Pourquoi y’a un M comme toi, maman, sur la boîte ? »

Les recherches menées sur les neurones de nos enfants l’ont confirmé : ils sont doués ! Sur la base de ces excellentes dispositions, riches de promesses, on dessine un tas de projets ambitieux (Polytechnique ? Pas mal… Ou l’ENA peut-être ?), avec en toile de fond, quand même, la crainte qu’un échec scolaire ne vienne ruiner un aussi beau programme. D’où la tentation, parfois, d’accélérer les apprentissages, voire de les anticiper. Histoire de faire gagner du temps à l’enfant.

Ce pas a été franchi aux Etats-Unis. Au Better Baby Institute (« Institut pour un Meilleur bébé », tout un programme…), on apprend à lire à des bambins âgés seulement de quelques mois. La méthode, mise au point par Glenn Doman, consiste pour l’essentiel à présenter tous les jours à ces très jeunes “étudiants” des cartons sur lesquels sont inscrits des mots en majuscules, ou des pastilles allant de un à cent. Avec la ferme conviction que l’enfant, ainsi stimulé à mémoriser mots et quantités, découvrira de lui-même les mystères du système alphabétique et du calcul.

En France, la méthode Doman, revisitée par Françoise Boulanger (“Lire à trois ans”, Nathan) a ses émules parmi les parents et quelques experts en faveur d’un apprentissage précoce de la lecture.

Vraiment tout bénéfice pour l’enfant ?

Plus nombreux, en revanche, sont ceux qui récusent cette démarche. « Cette méthode s’apparente plus à un dressage qu’à un réel apprentissage, s’insurge la psychologue Anne Debarède. Les enfants répètent comme des perroquets les mots qu’ils ont mémorisés sans bien comprendre ce qu’ils font. C’est superficiel et même inutile, car on exerce chez eux des facultés qui ne sont pas encore arrivées à maturité »

Avis partagé par Gérard Chauveau, chercheur à l’Institut National de Recherche Pédagogique, qui a étudié de longues années les mécanismes de la lecture : “On ne peut pas demander à un enfant de trois ans d’avoir les mêmes capacités qu’un enfant de six ans. De plus, la méthode Doman fait fausse route : elle réduit la lecture à une simple opération de mémorisation, alors qu’il s’agit essentiellement d’une recherche de sens. Pour cela, l’enfant apprendra à combiner deux techniques : le déchiffrage (ou décodage) qui consiste à reconnaître les signe écrits, à décomposer les mots en syllabes, en lettres-sons tout en cherchant déjà à comprendre le sens du mot ; et le traitement du sens du contenu d’une phrase ou d’un texte en se demandant de quoi ça parle, ce qui se passe, dans quel lieu, avec quels personnages, etc.” Bref, c’est tout un savoir faire que l’enfant acquiert vers 6 ans (à quelques mois près), âge où il accède à la pensée symbolique et devient capable d’abstraction.

Pour le calcul, c’est pareil. Les tout-petits adorent les chiffres, sont fiers d’apprendre et de réciter la comptine numérique (1, 2, 3, etc.) mais ils ne sont pas encore capables, avant 5 ou 6 ans, de dénombrer, d’associer une quantité à un chiffre. Par exemple, si on dispose devant eux deux rangées d’un nombre égal de jetons, l’une étant plus espacée que l’autre, ils affirmeront en toute bonne foi que la plus longue contient plus de jetons. Ils se laissent facilement abuser par les apparences !

Prendre son temps

Un apprentissage trop précoce peut se révéler à terme néfaste pour l’enfant, comme l’explique Anne Debarède : “Cela crée du stress chez l’enfant, sommé de réussir sous peine de décevoir ses parents. Lorsque l’affectif se mélange avec le travail scolaire, la situation peut vite devenir explosive. Certains petits résistent bien, mais d’autres peuvent développer des troubles, psychologiques ou dans les apprentissages, sans qu’on puisse prédire lesquels”. Prudence, donc.

Si les spécialistes leur conseillent d’éviter de jouer les professeurs à la maison, les parents ont en revanche un rôle essentiel à jouer auprès de leur enfant : celui de stimuler sa curiosité, d’encourager ses découvertes, de valoriser ses progrès, de préserver son temps de jeux. Et de faire confiance à l’école pour l’amener en douceur aux grands apprentissages, pour lesquels la maîtrise du langage est primordiale, comme l’explique Anne-Lise, institutrice en classe de Grande Section : « Pour savoir lire, il faut déjà bien savoir parler. À la fin de l’année scolaire, mes petits élèves sont capables de participer à des discussions, de relater un événement vécu en classe (la confection d’un gâteau, par exemple), de raconter une histoire lue ensemble à partir des images, etc. Nous travaillons également avec quelques étiquettes mots. Chacun avance à son rythme. L’enfant est un être en devenir, il est normal qu’il progresse vite à certains moments et moins à d’autres. »

Le chemin qui mène à la lecture est long, compliqué, mystérieux pour une part. Certains enfants, il est vrai, parviennent à déchiffrer avant leur entrée en CP. Question d’intérêt personnel, de précocité intellectuelle, ou encore de grande sœur qui aime « jouer à la maîtresse » ! Faut-il alors anticiper son passage à la grande école ? Pas nécessairement. Après avis du psychologue scolaire, neuf fois sur dix, le jeune lecteur précoce a besoin d’une année de maternelle supplémentaire pour mieux aborder le cap du CP. Une année d’enfance n’est jamais perdue !

 

Isabelle Bauer est journaliste indépendante spécialisée dans la presse parentale. Elle est également rédactrice et travaille pour plusieurs maisons d’éditions parisiennes, dans les do-
maines « psychologie » et « sciences humaines ».
Boukhris Najla
Psychologue et consultante en webmarketing.

Laisser un commentaire

Top
error: Content is protected !!