You are here
Accueil > Psychologie > 5 Etudes psychologiques qui expliquent le comportement humain

5 Etudes psychologiques qui expliquent le comportement humain

Pourquoi faisons-nous les choses que nous faisons ? Malgré notre travail d’introspection, la vérité est que nous savons  étonnamment peu de choses sur notre propre esprit, et encore moins sur la façon dont les autres pensent.

Les psychologues ont longtemps cherché des explications sur la façon dont nous percevons le monde et ce qui motive notre comportement, et ils ont fait d’énormes progrès dans la levée de ce voile de mystère. Quelques-unes des plus célèbres expériences psychologiques du siècle dernier ont révélé des vérités universelles et souvent surprenantes sur la nature humaine.

Voici 5 études psychologiques classiques qui peuvent changer la façon dont vous vous comprenez.

Nous avons tous une certaine capacité pour faire le mal

 

Sans doute la plus célèbre expérience dans l’histoire de la psychologie, l’étude de la prison de Stanford 1971 a mis en relief  la façon dont les situations sociales peuvent influer sur le comportement humain. Les chercheurs, dirigés par le psychologue Philip Zimbardo, ont mis en place une fausse prison dans le sous-sol du bâtiment de psych Stanford et ont sélectionné 24 étudiants de premier cycle (qui n’avaient pas de casier judiciaire et ont été jugés en bonne santé mentale) pour jouer le rôle de  prisonniers et  gardiens. Les chercheurs ont ensuite observé les prisonniers (qui ont dû rester dans les cellules 24 heures par jour) et les gardes (qui partageaient des gardes ) à l’aide de caméras cachées.

L’expérience, qui a été prévue pour durer deux semaines, a dû être écourtée après seulement six jours en raison d’un comportement abusif des gardes – dans certains cas, ils ont même infligé la torture psychologique – ont provoqué un stress émotionnel extrême chez les prisonniers.

Nous ne faisons pas attention à ce qui est juste en face de nous

Vous pensez que vous savez ce qui se passe autour de vous ? Vous pourriez ne pas être aussi conscient que vous ne le pensiez. En 1998, des chercheurs de Harvard et de l’Université Kent State ont ciblé des piétons sur un campus universitaire afin de déterminer combien les gens sont attentifs par rapport à ​​leurs environnements immédiats. Dans l’expérience, un acteur a arrêté un piéton et lui a demandé la direction. Alors que le piéton était entrain de lui indiquer le chemin à suivre, deux hommes portant une grande porte en bois marchaient entre l’acteur et le piéton, bloquant complètement la vue de l’autre pendant quelques secondes. Pendant ce temps, l’acteur a été remplacé par un autre acteur, d’une taille plus grande, et avec une autre tenue, une coupe de cheveux différente et une voix plus aigue. La moitié des participants sollicités n’ont pas remarqué la substitution.

L’expérience a été l’un des premiers à illustrer le phénomène de «cécité au changement», il semble que nous nous appuyons sur la mémoire et la reconnaissance des formes beaucoup plus que nous pourrions le penser.

Résister à la récompense est difficile

L’expérience des guimauves avec les  enfants

Une célèbre expérience de Stanford qui s’est déroulée à la fin des années 1960 a testé la capacité des enfants d’âge préscolaire à résister à l’attrait de la gratification instantanée – et il a donné de très intéressantes indications sur la volonté et l’auto-discipline. Dans l’expérience, des enfants de quatre ans ont été placés dans une pièce avec une guimauve sur une table en face d’eux, et ils ont reçu la consigne de ne pas manger le bonbon et d’attendre le retour du chercheur dans 15mn, s’ils réussissent ils seront récompensés par un 2ème bonbon.

Alors que la plupart des enfants ont dit qu’ils attendraient, la plupart ont essayé de résister mais ont fini par manger le bonbon.  Les implications du comportement des enfants étaient importants : Ceux qui ont réussi à retarder la récompense étaient beaucoup moins susceptibles d’être obèses ou d’avoir des problèmes d’addictions ou des problèmes de comportement au moment où ils étaient adolescents.

Nous pouvons éprouver des impulsions morales profondément contradictoires.

Une célèbre étude menée en 1961 par le psychologue Stanley Milgram a testé comment les gens auraient tendance à aller loin lorsqu’il s’agit d’obéir à des figures d’autorité lorsqu’on leur a demandé de nuire à autrui, et le conflit interne et intense entre la morale personnelle et l’obligation d’obéir à des figures d’autorité.

Milgram a voulu mener l’expérience et nous donner un aperçu sur la façon dont les criminels de guerre nazis auraient perpétué actes innommables pendant l’Holocauste. Pour ce faire, il a testé une paire de participants, l’un jouant le rôle d’un «enseignant» et l’autre considéré comme l’«apprenant». L’enseignant a été chargé d’administrer des décharges électriques à l’apprenant (qui était censé être assis dans une autre pièce, mais en réalité, n’était pas choqué) à chaque fois qu’il obtenait une mauvaise réponse. Milgram a utilisé des enregistrements sonores qui indiquent que   l’apprenant souffrait à chaque décharge,  si « l’enseignant» a exprimé le désir d’arrêter, l’expérimentateur le poussait à continuer. Au cours de la première expérience, 65% des participants ont administré un choc de 450 volts douloureux  même si beaucoup ont été visiblement stressés et mal à l’aise de le faire.

Nous sommes facilement corrompus par le pouvoir

 Une étude de 2003 publiée dans la revue Psychological Review dans laquelle les élèves ont été placés dans 3 groupes et ont été invités à écrire un court texte ensemble. Deux étudiants ont été proposés pour écrire le papier, tandis que l’autre a été choisi pour évaluer le papier et de déterminer combien chaque élève serait payé. Au milieu de leur travail, un chercheur leur a proposé une boite de cinq cookies. Bien que généralement le dernier biscuit n’a jamais été consommé, le « boss » a presque toujours mangé le quatrième cookie – et le mangea la bouche ouverte avec des miettes partout sur le menton et la poitrine.

 Plus d’articles en psychologie sur votre magazine psychologie et santé en Tunisie

Laisser un commentaire

Top
error: Content is protected !!